5 000 € à 2,5 M€ : ticket d’entrée au cercle des grands mécènes du CHU de Rennes

Baptême d'espace, rencontres exclusives avec les chercheurs, professeurs et praticiens du CHU, communication ciblées vers la presse, invitations privilégiées aux grands événements, présence sur le mur des donateurs, mention du soutien dans les outils de communication... Le CHU de Rennes fourmille d'idées pour inciter les grands donateurs à participer au financement de son développement via le Fonds Nominoë pour "offrir le meilleur de la santé aux bretons".

Baptême d’espace, rencontres exclusives avec les chercheurs, professeurs et praticiens du CHU, communication ciblées vers la presse, invitations privilégiées aux grands événements, présence sur le mur des donateurs, mention du soutien dans les outils de communication… Le CHU de Rennes fourmille d’idées pour inciter les grands donateurs à participer au financement de son développement via le Fonds Nominoë pour "offrir le meilleur de la santé aux bretons".
Un levier de financement " à l’américaine"
Le Fonds Nominoë financera des projets innovants dont la valeur ajoutée pour les patients est incontestable. "Même si le CHU de Rennes est un établissement financièrement à l’équilibre avec une véritable capacité d’autofinancement, il a besoin de l’appui d’entrepreneurs et de tous les acteurs économiques pour investir dans des équipements de pointe non financés par l’Assurance Maladie." explique André Fritz, directeur général et président du Conseil d’Administration de Nominoë ; instance qui réunit des responsables hospitalo-universitaires et des leaders du monde économique : Jean-Paul Legendre, dirigeant du groupe de BTP éponyme, Jacques Delanoë, fondateur d’Euro RSCG 360° et Pierre Le Duff, créateur du groupe Super Sport.
Le nouvel organisme s’est également doté d’un Comité opérationnel et scientifique de très haut niveau qui accompagne le conseil d’administration dans le choix des projets.
Nominoë, la « start-up » du CHU
Médecine personnalisée, biobanque… le Fonds Nominoë se présente comme la «start-up » du CHU, support de financement aux projets innovants. Premier d’entre eux susceptible d’être financé par le Fonds dès 2015  : une Biobanque pour développer la médecine personnalisée  grâce à l’analyse très fine des échantillons sanguins et tissulaires collectés auprès des patients pour mieux connaitre le contexte dans lequel évolue une maladie et déployer ainsi le protocole thérapeutique le plus adapté. Ce projet est essentiel et stratégique pour offrir une nouvelle génération de techniques diagnostiques et thérapeutiques ciblées.
Autres projets portés par le Fonds Nominoë
• Des équipements high-tech pour renforcer le lien parents-enfant né prématuré, pour aider le patient contraint dans sa mobilité ou pour faciliter l’autonomie du patient pendant son séjour à l’hôpital.
• L’imagerie dernière génération (TEP-IRM) pour mieux diagnostiquer les malades atteints d’un cancer ou d’une maladie dégénérative et accroître la radiologie interventionnelle pour réparer un anévrisme ou désobstruer une artère.
• La télémédecine et les nouvelles technologies pour suivre, en permanence, les patients tout comme les nouveau-nés : des petits capteurs simples et légers à porter ou intégrés dans des prothèses implantables permettent la transmission immédiate de données (rythme cardiaque, tension, glycémie) via un smartphone, grâce aux applications de la m-santé.
• Les nouvelles approches thérapeutiques :
• La thérapie génique : Avec le séquençage à haut débit, on identifie le gène responsable de la maladie pour le corriger ou le remplacer,
• La thérapie cellulaire se développe dans les domaines de l’immunothérapie et de la médecine régénératrice : l’utilisation clinique de cellules souches mésenchymateuses favorise la réparation tissulaire in vivo.
• Les médicaments biologiques : d’ici à 10 ans, 40% des médicaments seront des médicaments biologiques.
• La recherche et la validation de nouveaux biomarqueurs (tests diagnostiques sur des échantillons biologiques, sang, urine, tissus cancéreux) contribuent à personnaliser un traitement.
L’entourage du patient, si précieux, fera l’objet de projets spécifiques :
• Une maison des familles permettra d’accueillir les parents des patients, habitant loin. Les prix seront très abordables pour limiter l’impact économique pour les familles.
• Un espace accueil pour les enfants facilitera le déroulement des consultations, les visites à un proche ou l’accompagnement d’un enfant à un examen.
Le Fonds Nominoë et la Fondation de l’Université de Rennes 1 sont naturellement associés pour la recherche en santé.  Conjointement, ils assurent la promotion et la valorisation d’une recherche d’excellence en santé.

Le CHU de Rennes en chiffres

• Près d’un demi-million de patients hospitalisés et/ou reçus en consultation chaque année.
• 4200 naissances par an.
• Avec 7500 salariés, le CHU est le premier employeur de la région.
• 1158 médecins y travaillent (internes compris).
• 1200 étudiants sont formés chaque année.
• Un budget annuel de plus de 600 millions d’€.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.