5 comités d’usagers pour faire vivre la démocratie sanitaire

Marseille vient de créer 5 comités d’usagers qui se sont réunis pour la première fois entre le 7 et le 21 février 2014. Dans la droite ligne du rapport Compagnon, remis le 14 février à Marisol Touraine, ces espaces de démocratie sanitaire rassemblent 5 représentants d’associations d’usagers et 5 médecins ou soignants, volontaires.

Marseille vient de créer 5 comités d’usagers qui se sont réunis pour la première fois entre le 7 et le 21 février 2014. Dans la droite ligne du rapport Compagnon, remis le 14 février à Marisol Touraine, ces espaces de démocratie sanitaire rassemblent  5 représentants d’associations d’usagers et 5 médecins ou soignants, volontaires et issus des  commissions médicales d’établissement et des commissions de soins.

Les comités assureront les responsabilités traditionnelles des Commissions des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge (CRUQPC) à savoir, veiller au respect des droits des usagers ou faciliter leurs démarches, mais aussi participer à l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins.
Leurs travaux enrichiront la CRUQPC AP-HM avec des retours directs sur la réalité et des besoins du terrain. Les nouvelles instances prendront également part à la définition de prochain projet d’établissement de l’AP-HM. « On attendait cela depuis des années ! », se réjouit Michel Lecarpentier, président du Collectif interassociatif sur la santé (CISS), qui rassemble 45 associations en PACA. « Passer de 4 à 25 représentants d’usagers, c’est le bonheur !». 
Un optimisme partagé par Michel Dugois, membre de la CRUQPC AP-HM, représentant la Fédération Nationale d’aide aux Insuffisants Rénaux, qui apprécie la forte implication dont témoignent les médecins et soignants membres de ces  comités.
Dynamique de projets
« La communauté médicale est partie prenante de cette démarche de rencontre et de partage », confirme le Pr Guy Moulin, président de la Commission médicale d’établissement (CME). « Ce n’est pas de la démagogie. L’AP-HM est dans une dynamique de projets ; il s’agit de faire progresser l’aspect qualitatif de notre action, améliorer la qualité globale du parcours du patient, créer de la confiance et porter un esprit humaniste fort ».
Le Directeur Général de l’AP-HM, Jean-Jacques Romatet,  fait de cette dynamique le levain du changement à l’AP-HM, comme il l’a souligné lors du lancement des comités : « Vous allez construire, ensemble avec les soignants, une autre façon de voir et de faire évoluer nos pratiques. Nous avons besoin de cette vision nouvelle pour construire, étape par étape, une meilleure qualité de notre accueil, de nos services, des soins et du savoir être vis-à-vis des personnes qui s’adressent à nous ». 
« Beaucoup d’usagers nous disent que l’hôpital est leur 2e maison» confie le Dr Christine Bara, coordinatrice de la politique patients et usagers à l’AP-HM, qui a piloté la création de ces comités. « Notre projet est d’établir un réel partenariat avec les associations d’usagers, afin de contribuer à modifier la culture patient au sein de notre établissement ».
« Nous voulons avancer sur des projets communs, et sur la qualité, plutôt que sur la plainte »,  résume Michel Lecarpentier. « Nous ne serons ni des plantes vertes, ni des emmerdeurs !»
L’implication des associations de malades dans la vie de l’hôpital marque leur attachement aux équipes qui leur ont sauvé la vie. « En participant aux comités d’usagers, ils  pourront apporter leur expérience, leur vécu. Une façon active de remercier l’hôpital ». Et de participer à une construction commune novatrice.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.