5 octobre : une soirée en faveur de la recherche contre la SLA et les neuropathies périphériques rares

Le 9 juillet dernier, l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM) et des équipes de recherche limougeaudes signaient la 1ère convention de partenariat en France. Le vendredi 5 octobre, l’ICM et ces mêmes équipes hospitalo-universitaires organisent une soirée caritative exceptionnelle pour soutenir la recherche dans le domaine de la Sclérose Latérale Amyotrophique (maladie de Charcot) et les neuropathies périphériques rares.

Le 9 juillet dernier, l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM) et des équipes de recherche limougeaudes signaient la 1ère convention de partenariat en France. Le vendredi 5 octobre, l’ICM et ces mêmes équipes hospitalo-universitaires organisent une soirée caritative exceptionnelle pour  soutenir la recherche dans le domaine de la Sclérose Latérale Amyotrophique (maladie de Charcot) et les neuropathies périphériques rares.
Depuis leur labellisation ICM, les équipes hospitalo-universitaires limougeaudes des Pr Pierre Marie Preux et du Pr Couratier pour les recherches dans le domaine de la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA), et celle du Pr Benoit Funalot pour les travaux relatifs aux neuropathies périphériques rares, bénéficient des synergies de travail avec les équipes du Pr. Meininger et du Dr. Salachas à la Pitié-Salpêtrière et d’un accès à l’ICM et à son plateau technique.
A présent, l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière et les équipes de recherche du CHU s’adressent aux donateurs. Un événement est ainsi organisé le 5 octobre à Limoges pour inviter les collectivités, les particuliers, les acteurs du monde économique et les associations à rejoindre cette mobilisation solidaire pour soutenir la recherche et ce projet d’excellence.
Le Crédit agricole du centre ouest, mécène de l’évènement, accueillera dans l’auditorium de son siège régional, boulevard de Vanteaux, une soirée caritative à laquelle seront conviés les participants ayant réalisé un don dans le cadre de la campagne de levée de fonds. L’événement démarrera à 18h30, en présence des chercheurs de l’ICM, du CHU de Limoges et de l’Université de Limoges acteurs du projet de recherche d’excellence sur la SLA. Un rappel des perspectives de ce projet et des espoirs des patients et de leurs proches auxquels la recherche ambitionne de répondre, précèdera un concert de jazz manouche et un cocktail, propices à des échanges sur cet enjeu de santé publique.
Pour rappel,  les maladies neurologiques et psychiatriques touchent déjà 1 personne sur 8, et ce chiffre devrait considérablement augmenter avec le vieillissement de la population. Si aujourd’hui la médecine soulage, elle devra demain, prévenir, guérir et réparer.
Le 5 octobre sera donc une date clé de l’agenda des actions régionales déjà lancées par le Pr Gérard Saillant, Président de l’ICM, Jean-Claude Boisdevésy, son Délégué Régional, et Michel Bernardaud, Ambassadeur de l’ICM en Limousin.
Les organisateurs espèrent réunir 150 à 200 personnes. Pour plus de renseignements sur la soirée caritative et l’ICM : Jean Claude Boisdevésy, Délégué Régional ICM, 06 07 75 17 06 ou jcb.partenaires@wanadoo.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.