500ème traitement endovasculaire d’un anévrisme intracrânien

Le samedi 8 octobre 2005, l'équipe du service de neuroradiologie diagnostique et interventionnelle du CHU de Nantes qui a traité plus de 500 anévrysmes intracrâniens par voie endovasculaire, organise, à l'attention des professionnels de santé, une conférence sur le rôle et le développement de la neuroradiologie interventionnelle dans la prise en charge des patients atteints d'anévrysme intracrânien. Le colloque se déroule sous le parrainage du Professeur Luc PICARD (President Elector of the World Federation of Neuroradiological Societies, Service de Neuroradiologie du CHU de Nancy.

Le samedi 8 octobre 2005, l’équipe du service de neuroradiologie diagnostique et interventionnelle du CHU de Nantes qui a traité plus de 500 anévrysmes intracrâniens par voie endovasculaire, organise, à l’attention des professionnels de santé, une conférence sur le rôle et le développement de la neuroradiologie interventionnelle dans la prise en charge des patients atteints d’anévrysme intracrânien. Le colloque se déroule sous le parrainage du Professeur Luc PICARD (President Elector of the World Federation of Neuroradiological Societies, Service de Neuroradiologie du CHU de Nancy.

L’anévrisme cérébral ou anévrisme intracrânien est une faiblesse de la paroi d’une artère irriguant le cerveau. Le risque principal d’un anévrysme intracrânien est sa rupture, conduisant à une hémorragie intracrânienne aux conséquences souvent dramatiques (décès, handicap).

Le traitement endovasculaire (en passant par l’intérieur des artères) est une méthode non invasive, qui s’est progressivement imposée dans le traitement des anévrysmes rompus, mais également dans les anévrysmes de découverte fortuite aux côtés de la neurochirurgie classique.

Les choix thérapeutiques sont discutés au sein d’une équipe multidisciplinaire spécialisée dans les malformations vasculaires cérébrales.

Le service de neuroradiologie diagnostique et interventionnelle du CHU de Nantes, en collaboration étroite avec le pôle Neurosciences et le pôle Anesthésie Réanimation – en prenant en charge la pathologie anévrysmale sur le territoire dépassant les limites régionales-, représente un pôle d’excellence du CHU.

Depuis 2000, le service de neuroradiologie diagnostique et interventionnelle du CHU, dirigé par le Professeur Axel de KERSAINT-GILLY, a réalisé plus de 500 traitements d’anévrysmes intracrâniens par voie endovasculaire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.