51 000 doses du vaccin Moderna livrées en France !

Les premières doses du vaccin Moderna ont commencé à être livrées ce lundi 11 janvier. Elles serviront en priorité à renforcer la capacité vaccinale dans les zones les plus touchées par l’épidémie. D’ici à fin juin, ce sont près de 8 millions de doses qui sont attendues.

Les premières doses du vaccin Moderna ont commencé à être livrées ce lundi 11 janvier. Elles serviront en priorité à renforcer la capacité vaccinale dans les zones les plus touchées par l’épidémie. D’ici à fin juin, ce sont près de 8 millions de doses qui sont attendues.
« L’autorisation du vaccin Moderna par l’Agence européenne du médicament et la Haute autorité de Santé, nous permet de disposer dès cette semaine de plus 50 000 doses de vaccin supplémentaires, s’est félicité Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé. J’ai souhaité que ces doses soient allouées aux régions les plus touchées par la pandémie. Ces doses pourront être administrées dès la semaine prochaine lorsqu’elles seront arrivées sur les lieux de vaccination».

Des contraintes de conservation allégées

Cette première livraison de Moderna d’un volume de 5160 flacons contenant chacun 10 doses de vaccin, s’ajoute à celles hebdomadaires du vaccin Pfizer. Au plan logistique, le vaccin Moderna présente des contraintes moins lourdes, notamment en termes de température de stockage (-20° C) et de durée de conservation décongelé (30 jours), même si celles-ce demeurent fortes.

Priorité aux régions les plus touchées

Le ministre de la santé a souhaité, une fois la livraison vérifiée par les pharmaciens partenaires de Santé publique France, que ces doses supplémentaires puissent bénéficier en priorité aux régions dans lesquelles l’épidémie est la plus active: Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les hôpitaux de Mulhouse, Colmar, Strasbourg, Reims, Nancy, Metz, Lons-le-Saunier, Besançon, Dijon, Moulins, Nice, Toulon seront donc approvisionnés dans la semaine, et à travers eux les centres de vaccination désormais ouverts dans leur département etou région.

Un circuit de distribution via les pharmacies de ville

Le circuit de distribution du vaccin Moderna dont les livraisons se poursuivront sous quinzaine et monteront en charge dans le courant du premier trimestre, aura vocation dans les prochaines semaines à basculer vers le circuit officinal qui maille la France de manière extrêmement fine, afin, d’une part, de ne pas massivement surcharger la gestion des pharmacies hospitalières des établissements pivots, et, d’autre part, de préparer l’arrivée sur l’ensemble du territoire des autres candidats vaccins qui seront intégrés à ce même circuit. Les travaux avec les professionnels de santé, et notamment les médecins, les pharmaciens, et les grossistes-répartiteurs, se poursuivent dans le cadre de concertations étroites et d’échanges directs toutes les semaines, afin d’anticiper au mieux.

Un vaccin à ARN Messager comme celui de Pfizer-BioNTech

Après avoir reçu une autorisation de mise sur le marché européenne le 6 janvier, le vaccin développé par la société américaine Moderna a fait l’objet d’une recommandation de la Haute autorité de santé (HAS), à l’instar du vaccin développé par les société Pfizer et BioNTech. Le vaccin de la société Moderna utilise la même technologie dite «à ARN messager» que le vaccin Pfizer-BioNTech, les deux vaccins peuvent donc, en application de la recommandation de la HAS, être utilisés indifféremment dans le cadre de la stratégie vaccinale.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.