6 février: journée de lutte contre les mutilations sexuelles féminines

Mobiliser pour prévenir : À l'occasion de la journée mondiale de lutte contre les mutilations sexuelles féminines, l'unité de gynécologie obstétrique médico-psycho-sociale (Ugomps) du CHU de Nantes organise le 5 février à 19h30une soirée cinéma autour de «DUNIA » un film sur l'excision. Seront invités les professionnels de santé, du milieu associatif et socio éducatif. Ce film sera suivi d'une discussion en présence de Khady Koïta, auteure du livre Mutilée et de Sylvie Barroux, professeur de philosophie

Mobiliser pour prévenir : À l’occasion de la journée mondiale de lutte contre les mutilations sexuelles féminines, l’unité de gynécologie obstétrique médico-psycho-sociale (Ugomps) du CHU de Nantes organise le 5 février à 19h30une soirée cinéma autour de «DUNIA » un film sur l’excision. Seront invités les professionnels de santé, du milieu associatif et socio éducatif. Ce film sera suivi d’une discussion en présence de Khady Koïta, auteure du livre Mutilée et de Sylvie Barroux, professeur de philosophie.

L’actualité récente rappelle combien la question des mutilations sexuelles féminines est aujourd’hui encore une priorité : début janvier une fillette de 7 ans a subi une excision en France, à Nevers, et a dû être hospitalisée d’urgence pour hémorragie. Ses parents ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire.
Même si cet évènement reste peu fréquent sur le territoire français, l’Ugomps du CHU de Nantes veut mobiliser les professionnels de santé, du milieu associatif et socio éducatif pour prévenir l’excision chez les fillettes, notamment lors d’un voyage au pays.

Au sein de la maternité, l’Ugomps propose depuis juin 2006 un accueil pluridisciplinaire permettant de mieux prendre en charge les femmes ayant subi une mutilation sexuelle. Celles–ci peuvent rencontrer un médecin ou une sage femme et bénéficier d’un accompagnement par une psychologue et/ou une sexologue. Une assistante sociale est également à leur disposition. Cette équipe vise à contenir et sécuriser les femmes lorsqu’elles envisagent une réparation chirurgicale.

Les professionnels nantais sont sensibilisés au programme régional d’insertion des populations immigrées (Pripi) piloté par la Ddrass des Pays de la Loire. Ce groupe de travail se réunit quatre fois par an et coordonne des actions de lutte contre les mutilations sexuelles féminines à l’échelle de la Région et produit des documents de sensibilisation à destination des populations concernées.

Ce groupe rassemble les instances suivantes : la Drass des Pays de la Loire, les Ddass, le CHU de Nantes, les associations SOS Femmes, Asamla, Nantes Guinée, gynécologie sans frontières (GSF), le centre d’information sur les droits des femmes et des familles, l’agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrations, l’agence nationale de la cohésion sociale et de l’égalité des chances, le service santé scolaire de la mairie de Nantes, les délégations départementales aux droits des femmes et à l’égalité, le mouvement pour le planning familial, le centre interculturel de documentation, l’inspection académique de Loire- Atlantique, des juristes et des représentants du Parquet de Nantes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.