63 millions d’économie grâce aux achats groupés

Premier groupement d'achat public français, UniHA a négocié pour 1,885 Mrd€ de médicaments, consommables et autres produits hospitaliers en 2012 (+ 18,8 % par rapport à 2011) générant 63,1 millions d'euros en 2012 de gains* (+ 48% par rapport à 2011). A ces économies particulièrement appréciées dans un contexte de financement contraint, s’ajoutent des clauses très avantageuses pour les établissements et in fine pour le patient.

Premier groupement d’achat public français, UniHA a négocié pour 1,885 Mrd€ de médicaments, consommables et autres produits hospitaliers en 2012 (+ 18,8 % par rapport à 2011) générant 63,1 millions d’euros en 2012 de gains* (+ 48% par rapport à 2011). A ces économies particulièrement appréciées dans un contexte de financement contraint, s’ajoutent des clauses très avantageuses pour les établissements et in fine pour le patient.
UniHA : des prix très compétitifs et des garanties qui font la différence… Exemples dans le champ du médicament, des équipements, de la restauration…
Médicament anti-cancéreux : passer par UniHA a évité aux hôpitaux de subir des ruptures d’approvisionnement car le groupement avait pris des garanties de livraison contrairement à d’autres établissements européens qui ont dû reporter le traitement des patients.

Brancardage : En quête de nouvelles solutions de brancardage, UniHA a lancé un appel d’offres en 2012. Le système retenu allie rapidité de prise en charge des patients et optimisation des efforts des brancardiers. Par son ergonomie, il contribue à lutter contre les risques de lombalgies, dorsalgies et troubles musculo-squelettiques. Plus libres de leurs mouvements et disposant d’un meilleur équipement, les brancardiers sont aussi plus disponibles pour nouer une relation avec les patients.

Fait marquant : Attentif à l’émotion suscitée par les blouses qui ne respectaient pas la pudeur des patients, UniHA a négocié en un mois de nouvelles chemises, qui plus est à des conditions attractives. Un stock de 20 000 chemises est disponible auprès de la centrale d’achat, ce qui permet à la totalité des membres du groupement de s’approvisionner. En quelques mois, le stock est écoulé et un nouveau marché lancé dès mars 2013.

En restauration, de nouvelles dispositions assurent la qualité des denrées et la stabilité de leur prix. Ceux-ci sont appréhendés en coûts complets, intégrant notamment la tendance haussière des matières premières ainsi que de la logistique. Par exemple : les céréales, qui composent l’essentiel de l’alimentation d’une volaille, représentent entre 50 et 60 % de son coût de production avant abattage. Le pétrole, en forte hausse, impacte aussi lourdement la logistique. Pour s’assurer du meilleur rapport qualité /prix, UniHA traite en direct avec les industriels en leur garantissant des volumes attractifs associés à des conditions logistiques optimisées (poids moyens et fréquence des livraisons). Les fournisseurs sont également sélectionnés  en fonction de critères de développement durable : sources d’approvisionnement, réduction des emballages, circuits courts.

Pour atteindre son objectif de gains de 80 millions en 2013 et de 100 millions en 2014, UniHA doit maintenir un rythme de croissance soutenu. Le groupement  va donc se concentrer sur des segments à fort potentiel comme les dispositifs médicaux et l’énergie. UniHA va aussi déployer  de nouvelles stratégies d’achat. Plusieurs d’entre elles sont déjà  adoptées  comme  les achats en coût complet de possession qui donne une connaissance globale de la performance d’une offre : équipements, consommables, maintenance, évolutivité des matériels, coût du financement…, ou encore des modalités de paiement cohérentes avec la tarification à l’activité : amortissement, crédit-bail, location, paiement à l’unité produite (coût patient, coût à la séance…). Enfin des clauses mentionnant les stocks consignés ou l’intéressement in fine à des plans de progrès ont été rajoutées   Avec UniHA, la passation de marchés publics est devenue tout un art !
Marie-Georges Fayn
_________

Les achats hospitaliers se répartissent en 15 filières, les trois principales étant les médicaments  (61 %), les NTIC et Systèmes d’Information (voir article sur l’accord-cadre Microsoft) (7,6 %), la restauration (5,5 %).

Groupement de Coopération Sanitaire réunissant 56 établissements hospitaliers publics français
dont 32 CHU-CHR et 24 centres hospitaliers, UniHA est le plus important contributeur du programme ministériel PHARE (Performance Hospitalière pour des Achats Responsables) ; ce plan incite les établissements hospitaliers à générer des gains sur achat égaux à 5 % de leur périmètre achat pour les trois années 2012-2014. UniHA doit contribuer à la moitié des gains attendus, soit 80 M€ en 2013 puis 100 M€ en 2014, et se trouve pleinement en phase avec ces objectifs. Dans le cadre de PHARE, la Direction Générale de l’Offre de Soins a mandaté UniHA pour piloter des projets d’intérêt national, au nom de l’ensemble des établissements hospitaliers, auprès de l’Etablissement Français du Sang, premier fournisseur des hôpitaux français, et de La Poste.
 
*différence entre le prix unitaire de l’ancien marché et celui du nouveau contrat, croisée avec les quantités prévisionnelles

Contact :
GCS UniHA
9, rue des tuiliers
69003 LYON
04 81 07 01 50
www.uniha.org
Relations presse
Jean REMY
Tél 06 75 91 38 15
jean.remy@intelligible.fr

A lire sur le même sujet
L’informatique sans limite à prix modique  
UniHA, 1er réseau d’achats groupés de l’hospitalisation
100 millions de gains sur les achats 
Médicaments : la maîtrise des dépenses 
Uni.HA : 141 millions d’économie sur les achats   
3,5 millions d’euros d’économie  
Greffes : 1 opérateur aérien pour 19 CHU  
Système d’information : 30 à 80% d’économie

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.