2014 : année la plus excitante depuis 40 ans

Qu'il s'agisse des investissements, de la recherche, ou des projets organisationnels et immobiliers, 2013 a été une année d’exception pour le CHU de Limoges ; un rythme qui sera soutenu en 2014 qualifiée « d’année clé » !

Qu’il s’agisse des investissements, de la recherche, ou des projets organisationnels et immobiliers, 2013 a été une année d’exception pour le CHU de Limoges ; un rythme qui sera soutenu en 2014 qualifiée « d’année clé » !
A l’occasion de la cérémonie des vœux qui s’est tenue le 14 janvier, Hamid Siahmed, directeur général du CHU de Limoges a dressé le bilan d’une année 2013 particulièrement intense et annoncé la poursuite de la dynamique. En 2013, le CHU a investi 51 millions d’euros dans sa modernisation. Une première dans l’histoire de l’établissement qui disposera en 2014 de 3 nouveaux sites, le bâtiment médico-administratif, le nouvel Ehpad de 80 lits et le centre hospitalo-universitaire de biologie santé. La rénovation du CHU se poursuivra en 2014 avec la construction d’un bâtiment médico-chirurgical de plus de 340 lits. 

Lors du discours prononcé à l’aube de la nouvelle année, le chef d’établissement a également souligné les bons résultats de la recherche : 3 PHRC national, 2 PHRC interrégional, 1 PHRIP, deux projets IMI Combacte coordonné par le Docteur François, et Biomargin coordonné par le Professeur Marquet. Et probablement un futur département hospitalo-universitaire de transplantation intitulé SUPPORT, alliance d’excellence entre les CHU de Limoges, Poitiers et Tours crédité d’un A+. Nombreux aussi sont les projets retenus au titre du CORC, du Cancéropôle GSO, de la recherche translationnelle, ou ceux soutenus localement. L’élan pris ne s’arrêtera pas en 2014. Limoges a d’ailleurs le privilège d’accueillir les 25 et le 26 septembre 2014, le 4ème colloque international de la recherche paramédicale dont l’organisation est confiée à Pascale Beloni, Cadre supérieur à la Coordination Générale des Soins.

Des recrutements médicaux de qualité ont doté les équipes de jeunes médecins formés à Limoges et attiré des praticiens plus confirmés : Docteur Wood, au Docteur Mallet, au Docteur Deplas, au Docteur Ponsonnard, au Docteur Cros, au Docteur Ghewy…

Pour répondre aux besoins de santé publique de nouvelles organisations se mettent en place. L’Institut régional de cardiologie interventionnelle dirigé par Le Professeur Aboyans associe l’ensemble des établissements publics et privés de la région. Le portage de l’activité de radiothérapie de Guéret, le déploiement en Corrèze et en Creuse de la prise en charge des AVC, les temps médicaux partagés dans de nombreuses spécialités médicales et chirurgicales, prouvent cette capacité d’adaptation du CHU de Limoges. Et demain, le centre régional de cancérologie disposera d’une unité onco-thoracique et cutanée qui, avec l’hôpital de jour des tumeurs solides, va concourir à une meilleure visibilité de la prise en charge du cancer au CHU.

Pour la population vieillissante, réinventer les modèles de prise en charge. L’Unité de Prévention, de Suivi et d’Analyse du Vieillissement (UPSAV) se régionalise. La silver économie, ce développement des partenariats entre institutions et entreprises ciblant les personnes âgées s’impose comme un axe fort du CHU sous la houlette du Professeur Dantoine. Des projets de prévention et suivi médical personnalisé à domicile en partenariat avec Legrand tel « Icare 2 », un autre intitulé « Domolim »,  sont lancés. Demain, un projet de recherche se concrétisera sur les chutes en établissement avec caméras cryptées, expérimentation importante et prémice des gérontechnologies du futur. Sont également planifiées l’extension des capacités en lits de gériatrie et la création de la MUPA, médecine d’urgence pour les personnes âgées.
Les maladies rares font l’objet d’une implication forte du CHU : en lien avec les axes stratégiques indiqués par l’ARS Limousin le CHU de Limoges créera un centre expert pour le syndrome d’ASPERGER, plateforme de soins et de recherche permettant un dépistage précoce et un diagnostic personnalisé.Les techniques anesthésiques et chirurgicales progressent et les équipes médicales et paramédicales limousines sont leaders en chirurgie robot assistée en cardiologie, en urologie et en pédiatrie, grâce à l’implication des Professeurs Fourcade, Descazeaud et des Docteurs Plainard, Le Guyader et Piccardo. La chirurgie ambulatoire va accélérer son développement en pédiatrie et en gynécologie et sur l’activité ambulatoire en médecine sera consolidée par un hôpital de jour commun au sein du pôle clinique médicale et gérontologie clinique.Aux urgences, pour fluidifier le parcours patient, une cellule d’ordonnancement travaille déjà sur deux pôles, et une Unité Chirurgicale d’Urgence a vu le jour en 2013.

Des réalisations en faveur des usagers. L’Espace Rencontre Information, ouvert en 2013 avec le soutien de la Ligue contre le Cancer et Sanofi, répond aux attentes des patients, de disposer d’informations expertes ET accessibles. La récente présence du CHU sur Youtube aussi. Le film réalisé par le Professeur Tubiana avec la communication sur l’activité physique pour les femmes atteintes de cancer du sein y a été vu près de 1.000 fois. Le grand public s’est aussi montré très concerné par la 1ère journée organisée par le Comité de lutte contre la douleur, dédiée à la prise en charge non médicamenteuse de la douleur.

Un CHU plus accessible aux  médecins de ville, et de campagne. Des initiatives répondent au besoin de faciliter les échanges : annuaire médical,  lignes directes pour contacter les médecins mises en place depuis 2 ans. Pour aller plus loin, des recommandations sont attendues de la part du jeune comité-ville hôpital, constitué de membres du Conseil de l’Ordre des médecins et de praticiens du CHU coordonnés par le Professeur Mouliès. En 2014, les conclusions de l’audit de fonctionnement des secrétariats et le travail sur une lettre de sortie simplifiée devraient porter leurs fruits.
Le CHU est aussi riche de la présence de 2.500 étudiants accueillis chaque année dans les services cliniques, de rééducation et médico-techniques.
Aux commandes « d’un grand vaisseau amiral de recours et d’excellence, qui sait aussi être souple et créatif », Hamid Siahmed se félicite de son attractivité internationale. Le CHU de Limoges a reçu cette année un nombre important de visiteurs de médecins et directeurs hospitaliers français et étrangers : Chinois, japonais, vietnamiens, ukrainiens…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.