80 millions d’euros de primes pour les services de soins et d’aide à domicile

«L’engagement des professionnels des services à domicile a été et demeure crucial pour prendre soin des populations vulnérables, dans un contexte de crise sanitaire exceptionnelle», c'est en ces termes que dans un communiqué commun Brigitte Bourguigon, ministre déléguée à l'Autonomie et l’Assemblée des départements de France (ADF) saluent le rôle essentiel joué par ces professionnels et confirment l'attribution à ce titre d'une «prime exceptionnelle non imposable et non soumise à prélèvements».

«L’engagement des professionnels des services à domicile a été et demeure crucial pour prendre soin des populations vulnérables, dans un contexte de crise sanitaire exceptionnelle», c’est en ces termes que dans un communiqué commun Brigitte Bourguigon, ministre déléguée à l’Autonomie et l’Assemblée des départements de France (ADF) saluent le rôle essentiel joué par ces professionnels et confirment l’attribution à ce titre d’une «prime exceptionnelle non imposable et non soumise à prélèvements»
Cette prime sera versée par l’assurance maladie pour les services financés par cette dernière (services de soins infirmiers à domicile (SSIAD)). Au-delà, le Gouvernement souhaite qu’une prime puisse également être versée aux professionnels des services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD), dont le financement relève des conseils départementaux.
Après échanges entre le Premier ministre et la ministre déléguée à l’autonomie, en lien avec la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Dominique Bussereau et des représentants de l’ADF, et pour encourager fortement la dynamique des collectivités départementales s’engageant dans le versement de primes aux salariés du secteur, dont certaines sont fragiles financièrement, le gouvernement a décidé de mobiliser une aide exceptionnelle de l’Etat.
Une enveloppe de 80 M€ de l’Etat, calculée pour permettre avec la contribution des départements le versement de primes de 1000 € au prorata temporis, sera ainsi répartie par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). Elle sera mobilisable en contrepartie d’un effort financier au moins égal des collectivités et d’un engagement des assemblées départementales avant fin septembre à verser un montant de primes aux salariés présents sur le terrain pendant la période de crise. Les conseils départementaux ayant déjà versé la prime seront éligibles au soutien national, sous réserve du respect du montant global des primes versées au moins équivalent à l’aide exceptionnelle de l’Etat.
Les primes devront pouvoir être versées avant la fin de l’année 2020.
Au-delà, l’Etat et l’ADF continueront à collaborer dans le cadre de la réforme Grand âge et autonomie, pour revaloriser les métiers du «prendre soin» qui accompagnent les personnes âgées dépendantes et les personnes en situation de handicap, et contribueront au souhait de 80% des Français à pouvoir vieillir le plus longtemps possible «chez soi».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.