8,10% de marge en 2016 ! Saint-Etienne améliore ses résultats médico-économiques

Sous contrat de retour à l’équilibre financier (CREF) depuis décembre 2013, le CHU de Saint-Etienne a respecté voire même un peu dépassé ses engagements. A l’époque en déficit de 2,97 M€, le CHU avait dû consentir des efforts importants pour redresser ses finances, gage de sa pérennité et de son autonomie. Il s’est appliqué un traitement à base de politique raisonnée de recrutement, de réorganisations et d’accroissement de l’activité médicale – une activité du reste en progression constante et qui affiche en 2016 une croissance de 3,7% pour l’hospitalisation en médecine, chirurgie, obstétrique et de 7% pour les consultations externes. Le remède s’est avéré salutaire.
Sous contrat de retour à l’équilibre financier (CREF) depuis décembre 2013, le CHU de Saint-Etienne a respecté voire même un peu dépassé ses engagements. A l’époque en déficit de 2,97 M€, le CHU avait dû consentir des efforts importants pour redresser ses finances, gage de sa pérennité et de son autonomie. Il s’est appliqué un traitement à base de politique raisonnée de recrutement, de réorganisations et d’accroissement de l’activité médicale – une activité du reste en progression constante et qui affiche en 2016 une croissance de 3,7% pour l’hospitalisation en médecine, chirurgie, obstétrique et de 7% pour les consultations externes. Le remède s’est avéré salutaire. Saint-Etienne annonce en 2016 un taux de marge brute 8,10% alors qu’il était de 5.71% en 2013.
L’établissement se félicite d’avoir « particulièrement bien tenu les dépenses » dans la plupart des domaines notamment pour absorber les mesures catégorielles et les nombreux changements règlementaires intervenus depuis la signature du CREF. « Ces variables n’étaient évidemment pas incluses aux prévisions initiales et elles en ont modifié l’équilibre » rappelle le CHU dans un communiqué.
La confiance est là
La rigueur assumée et les performances obtenues grâce aux efforts des personnels permettent au CHU de développer de nouveaux projets, de soutenir la recherche et l’innovation, de poursuivre la réorganisation et d’entretenir un dialogue social de qualité. La situation assainie, le CHU a pu engager un schéma directeur immobilier. Ses investissements ont augmenté de 30% en 2016, à hauteur de 70 M€ du fait des nouvelles marges obtenues. Avec l’accompagnement ciblé de l’ARS, il peut financer des projets spécifiques sur l’Hôpital Nord et reconstruire reconstruction des unités de gériatrie à Bellevue à hauteur de 20 M€. Ces programmes assurent l’avenir du CHU conformément au projet stratégique « Trajectoire 2017 ».
La performance médico-économique : préalable à toute projection dans l’avenir
Pour le CHU de Saint-Etienne « L’amélioration du taux de marge n’est évidemment pas une fin en soi : un CHU a d’abord pour mission d’assurer des soins de haute qualité, de délivrer de l’enseignement, de soutenir l’innovation et la recherche, d’animer son territoire ». Pour autant, le fait de dégager une marge suffisante permet au CHU d’assumer sur ses ressources, l’essentiel du remboursement de sa dette et d’augmenter progressivement son programme d’investissement pluriannuel et de donner confiance aux tutelles qui soutiennent les projets. 
Et de souligner : « L’essentiel pour le CHU est de garantir aux patients et aux professionnels de ville un niveau élevé de qualité et de sécurité des soins, tout en assurant la formation des futurs médecins et soignants, et en soutenant activement la recherche et l’innovation ».
Une satisfaction teintée d’inquiétude
Aujourd’hui, le CHU envisage l’avenir avec confiance nuancée d’une pointe d’inquiétude. Saint-Etienne honore ses engagements malgré « un environnement économique très complexe et peu facilitant.  Les nombreux enjeux régionaux et nationaux qui s’annoncent en 2017 rendent l’exercice actuel plus incertain. Dans ce contexte, il était d’autant plus important que l’établissement parvienne à consolider sa crédibilité et son positionnement d’établissement hospitalo-universitaire de référence et de recours, gage du maintien d’une réponse adaptée aux besoins de santé de la population du territoire ». 
Les perspectives du GHT Loire
Le GHT Loire a été retenu dans le cadre de l’accompagnement par une mission DGOS pour la réalisation d’un tableau de bord de pilotage partagé entre les établissements, ainsi que par UniHa pour préparer la mise en œuvre du plan d’actions achats de territoire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.