82 % des patients satisfaits selon l’enquête SAPHORA 2010-2011

650 patients volontaires, représentatifs de la patientèle des Hospices Civils de Lyon ont participé à l’enquête SAPHORA. Informés par les professionnels de santé, ils ont accepté de renseigner les questions posées par téléphone par un organisme de sondage ; l’entretien durait une quinzaine de minutes. Huit items ont été évalués parmi lesquels l’opinion des patients sur l’accueil et les délais d’attente, l’information médicale, les soins, les relations avec le personnel ou encore l’hôtellerie. Au final, 82 % des patients sont satisfaits voire très satisfaits de leur séjour hospitalier aux HCL

650 patients volontaires, représentatifs de la patientèle des Hospices Civils de Lyon ont participé à l’enquête SAPHORA. Informés par les professionnels de santé, ils ont accepté de renseigner les questions posées par téléphone par un organisme de sondage ; l’entretien durait une quinzaine de minutes. Huit items ont été évalués parmi lesquels l’opinion des patients sur l’accueil et les délais d’attente, l’information médicale, les soins, les relations avec le personnel ou encore l’hôtellerie.
Au final, 82 % des patients sont satisfaits voire très satisfaits de leur séjour hospitalier aux HCL :
– 96% des patients interrogés ont apprécié les soins prodigués et 92% jugent que la douleur est très bien prise en charge aux HCL.
– 93 à 98% sont satisfaits de l’accueil dans les différents services, de soins et administratifs.
– Le respect de la confidentialité et le secret médical emportent 97% d’opinion positive ; quant au respect de l’intimité 95% de satisfaction. Enfin, l’écoute du personnel suscite un taux de satisfaction de 87%.

Si l’enquête a confirmer les points forts du CHU, elle a aussi mis en lumière les axes de progression. Globalement, trois pistes apparaissent :

L’information médicale auprès des patients doit être intensifiée : 80% d’entre eux estiment avoir reçu une information sur leur état de santé et participé à la décision médicale de manière satisfaisante mais 20% la considèrent comme insuffisante.
Concernant la sortie :  les résultats enregistrés cette année sont meilleurs qu’en 2007 grâce au travail mené par les équipes sur le terrain, mais il faut encore s’appliquer à transmettre une meilleure information sur la reprise d’activités (25% estiment n’être pas suffisamment informés), sur les complications possibles et les médicaments prescrits.
Enfin, près des 3/4 des patients sont globalement satisfaits de leur assiette.

Suite à cette enquête, une réflexion sera conduite au premier trimestre 2012 pour définir des actions correctrices et actualiser le programme de qualité et de projet de soin.

A la suite d’une décision du Ministère de la Santé, les établissements hospitaliers devront lancer une enquête annuelle SAPHORA, à partir de 2012. Il en résultera un indicateur de qualité qui viendra s’ajouter aux indicateurs pour l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins (IPAQSS) et aux indicateurs composites des activités de lutte contre les infections nosocomiales (ICALIN) déjà obligatoires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.