9 ans avec un cœur hybride : un des records mondiaux de longévité détenu par un patient nantais

Souffrant d'une maladie cardiaque grave et ne pouvant bénéficier d'une greffe de cœur, M. B., âgé de 67 ans se voit proposer l'implantation d'une pompe d’assistance circulatoire par les équipes nantais. L'intervention se déroule le 12 décembre 2006. Aujourd’hui, soit 9 ans plus tard, la machine assiste toujours le cœur biologique de M.B, une longévité qui fait de lui l'un des recordmen mondiaux de vie avec un cœur « hybride ».

Souffrant d’une maladie cardiaque grave et ne pouvant bénéficier d’une greffe de cœur, M. B., âgé de 67 ans se voit proposer l’implantation d’une pompe d’assistance circulatoire par les équipes nantais. L’intervention se déroule le 12 décembre 2006. Aujourd’hui, soit 9 ans plus tard, la machine assiste toujours le cœur biologique de M.B, une longévité qui fait de lui l’un des recordmen mondiaux de vie avec un cœur « hybride ». A l’occasion de cet anniversaire, le CHU de Nantes présente le service de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire de l’institut du thorax, dirigé par le Pr Jean-Christian Roussell et son expertise en matière d’assistance circulatoire. Ce dispositif médical est  implanté chez une dizaine de patients chaque année.

Avant son opération, M. B. souffrait d’une maladie cardiaque grave, appelée cardiomyopathie dilatée, responsable d’une insuffisance cardiaque terminale. Le stade avancé de sa maladie justifiait une greffe cardiaque, mais le patient avait dépassé l’âge d’inscription sur liste d’attente de transplantation (65 ans). Une alternative à la transplantation cardiaque lui a donc été proposée.
L’opération, réalisée par l’équipe du service de Chirurgie Thoracique et  Cardiovasculaire de l’institut du thorax, consiste à implanter une pompe d’assistance circulatoire. Cette petite turbine permet d’assurer un débit sanguin suffisant dans l’organisme du patient pour l’aider à retrouver une meilleure qualité de vie, reprendre ses activités quotidiennes et ses voyages sans fatigue, ni essoufflement, avec un suivi médical ambulatoire. Les équipes de l’institut du thorax du CHU de Nantes qui ont opéré M. B. en 2006 assurent toujours son suivi médical.
 
9 ans d’assistance circulatoire et des innovations attendues ces prochaines années
L’assistance circulatoire est un traitement recommandé par les sociétés savantes de cardiologie pour les patients insuffisants cardiaques graves, contre-indiqués à la greffe cardiaque. Elle constitue également une solution d’attente de la greffe lorsqu’aucun greffon n’est rapidement disponible. Elle se différencie du cœur artificiel total où les 2 ventricules biologiques sont retirés définitivement comme pour le cœur artificiel.
Mr B. a bénéficié des progrès médicaux et des révolutions technologiques réalisés ces dernières années pour la prise en charge de l’insuffisance cardiaque et de la chirurgie cardiaque. Cette durée d’assistance de 9 ans s’inscrit parmi les durées les plus longues enregistrées au niveau international avec ce type de machine.

D’ici 5 à 10 ans, les progrès technologiques permettront de réduire la taille des dispositifs d’assistance circulatoire, d’améliorer leur biocompatibilité et de proposer des connexions électriques sans câble.
En France, ces systèmes restent relativement méconnus car un peu moins de 200 sont implantés chaque année alors que ces opérations sont beaucoup plus fréquentes en Allemagne et aux Etats-Unis. L’institut du thorax du CHU de Nantes, spécialisé dans la prise en charge des patients en insuffisance cardiaque avancée, figure parmi les centres français ayant les plus grandes expériences dans le domaine de la greffe cardiaque et l’assistance circulatoire.
 
Un million de français insuffisants cardiaques, dont M. B.
L’insuffisance cardiaque touche environ 1 million de personnes en France. Elle est la conséquence de l’infarctus du myocarde, de l’hypertension artérielle, des maladies valvulaires cardiaques et des cardiomyopathies : la contraction du cœur est altérée et la pompe cardiaque ne peut plus assurer un débit cardiaque suffisant pour répondre aux besoins de l’organisme à l’effort et, dans les formes les plus graves, au repos. Si elle n’est pas traitée efficacement par les médicaments et certains types de pacemakers, elle peut évoluer vers un stade avancé où seuls la transplantation, l’assistance circulatoire ou le cœur artificiel pourront de sauver le patient. 
 
Contact presse : Vimla MAYOURA, Chargée de communication, 06 88 79 67 89, vimla.mayoura@univ-nantes.fr 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.