9 ans avec un cœur hybride : un des records mondiaux de longévité détenu par un patient nantais

Souffrant d'une maladie cardiaque grave et ne pouvant bénéficier d'une greffe de cœur, M. B., âgé de 67 ans se voit proposer l'implantation d'une pompe d’assistance circulatoire par les équipes nantais. L'intervention se déroule le 12 décembre 2006. Aujourd’hui, soit 9 ans plus tard, la machine assiste toujours le cœur biologique de M.B, une longévité qui fait de lui l'un des recordmen mondiaux de vie avec un cœur « hybride ».

Souffrant d’une maladie cardiaque grave et ne pouvant bénéficier d’une greffe de cœur, M. B., âgé de 67 ans se voit proposer l’implantation d’une pompe d’assistance circulatoire par les équipes nantais. L’intervention se déroule le 12 décembre 2006. Aujourd’hui, soit 9 ans plus tard, la machine assiste toujours le cœur biologique de M.B, une longévité qui fait de lui l’un des recordmen mondiaux de vie avec un cœur « hybride ». A l’occasion de cet anniversaire, le CHU de Nantes présente le service de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire de l’institut du thorax, dirigé par le Pr Jean-Christian Roussell et son expertise en matière d’assistance circulatoire. Ce dispositif médical est  implanté chez une dizaine de patients chaque année.

Avant son opération, M. B. souffrait d’une maladie cardiaque grave, appelée cardiomyopathie dilatée, responsable d’une insuffisance cardiaque terminale. Le stade avancé de sa maladie justifiait une greffe cardiaque, mais le patient avait dépassé l’âge d’inscription sur liste d’attente de transplantation (65 ans). Une alternative à la transplantation cardiaque lui a donc été proposée.
L’opération, réalisée par l’équipe du service de Chirurgie Thoracique et  Cardiovasculaire de l’institut du thorax, consiste à implanter une pompe d’assistance circulatoire. Cette petite turbine permet d’assurer un débit sanguin suffisant dans l’organisme du patient pour l’aider à retrouver une meilleure qualité de vie, reprendre ses activités quotidiennes et ses voyages sans fatigue, ni essoufflement, avec un suivi médical ambulatoire. Les équipes de l’institut du thorax du CHU de Nantes qui ont opéré M. B. en 2006 assurent toujours son suivi médical.
 
9 ans d’assistance circulatoire et des innovations attendues ces prochaines années
L’assistance circulatoire est un traitement recommandé par les sociétés savantes de cardiologie pour les patients insuffisants cardiaques graves, contre-indiqués à la greffe cardiaque. Elle constitue également une solution d’attente de la greffe lorsqu’aucun greffon n’est rapidement disponible. Elle se différencie du cœur artificiel total où les 2 ventricules biologiques sont retirés définitivement comme pour le cœur artificiel.
Mr B. a bénéficié des progrès médicaux et des révolutions technologiques réalisés ces dernières années pour la prise en charge de l’insuffisance cardiaque et de la chirurgie cardiaque. Cette durée d’assistance de 9 ans s’inscrit parmi les durées les plus longues enregistrées au niveau international avec ce type de machine.

D’ici 5 à 10 ans, les progrès technologiques permettront de réduire la taille des dispositifs d’assistance circulatoire, d’améliorer leur biocompatibilité et de proposer des connexions électriques sans câble.
En France, ces systèmes restent relativement méconnus car un peu moins de 200 sont implantés chaque année alors que ces opérations sont beaucoup plus fréquentes en Allemagne et aux Etats-Unis. L’institut du thorax du CHU de Nantes, spécialisé dans la prise en charge des patients en insuffisance cardiaque avancée, figure parmi les centres français ayant les plus grandes expériences dans le domaine de la greffe cardiaque et l’assistance circulatoire.
 
Un million de français insuffisants cardiaques, dont M. B.
L’insuffisance cardiaque touche environ 1 million de personnes en France. Elle est la conséquence de l’infarctus du myocarde, de l’hypertension artérielle, des maladies valvulaires cardiaques et des cardiomyopathies : la contraction du cœur est altérée et la pompe cardiaque ne peut plus assurer un débit cardiaque suffisant pour répondre aux besoins de l’organisme à l’effort et, dans les formes les plus graves, au repos. Si elle n’est pas traitée efficacement par les médicaments et certains types de pacemakers, elle peut évoluer vers un stade avancé où seuls la transplantation, l’assistance circulatoire ou le cœur artificiel pourront de sauver le patient. 
 
Contact presse : Vimla MAYOURA, Chargée de communication, 06 88 79 67 89, vimla.mayoura@univ-nantes.fr 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.