9 millions d’€ attribués à « FIGHT-HF » : programme de recherche innovant sur l’insuffisance cardiaque

« FIGHT-HF » vise à combattre l\'insuffisance cardiaque. Il sera financé à hauteur de 9 millions d\'€ sur 5 ans dans le cadre de l\'appel à projets \"Recherche Hospitalo-Universitaire\" (RHU) des Investissements d’Avenir.

L’annonce officielle a étérnfaite ce 16 juillet 2015 par le secrétaire d\’Etat chargé de l\’enseignementrnsupérieur et de la recherche, les ministres de l\’éducation nationale, dernl\’enseignement supérieur et de la recherche, des affaires sociales, de la santérnet des droits des femmes et le commissaire général à l\’investissement. L’insuffisancerncardiaque bien que de plus en plus fréquente, reste de pronostic péjoratifrnmalgré les progrès thérapeutiques des deux dernières décennies. C’est un enjeurnmajeur de santé publique.

rnrn

Coordonné par le Pr PatrickrnRossignol du Centre d’Investigation Clinique du CHRU de Nancy, Université dernLorraine et Inserm, le RHU « FIGHT-HF » est un consortiumrnmultidisciplinaire associant des médecins enseignants-chercheurs, des biologistes,rndes informaticiens, des statisticiens, des mathématiciens, des ingénieurs et desrnsociologues. Il rassemble, au-delà des équipes de la FédérationrnHospitalo-Universitaire CARTAGE qui a présenté le projet en réponse à l’appelrnd’offre (www.fhu-cartage.com – CoordinateurrnPr Athanase Bénétos, CHRU de Nancy, Université de Lorraine et Inserm), lernréseau d’excellence national INI-CRCT (Cardiovascular and Renal ClinicalrnTrialists www.inicrct.org) également coordonnérnpar Patrick Rossignol, et la plateforme de recherche académique PARTNERS, tousrndeux labellisés par F-CRIN (French Clinical Research Infrastructure Network, Investissementrnd’Avenir www.fcrin.org).

rnrn

Participent également :rndeux start-up « spin off » (CardioRenal diagnosticS et Inotrem)rnfondées par des médecins chercheurs nancéiens pour valoriser leurs travaux dernrecherche après dépôt de brevets avec les autorités de tutelle (CHRU de Nancy,rnUniversité de Lorraine, Inserm) et soutenues par la Région Lorraine et le GrandrnNancy, et deux autres entreprises (Firalis et Schiller) ainsi que le CentrernNational de Génotypage et l’Institut Hospitalo-Universitaire « Liryc »rnde Bordeaux spécialisé dans les troubles du rythme cardiaque.

rnrn

« FIGHT-HF » révolutionne la prisernen charge des patients atteints d’insuffisance cardiaque. Il permet unernmédecine personnalisée ou « médecine de précision » par l’utilisationrnde bio marqueurs (issus d’analyses sanguines ou urinaires et d’imagerie fonctionnellerndont l’IRM artérielle et cardiaque, couplée à une analyse dernl’électrocardiogramme) qui décrivent le profil de chaque malade et permettentrnde déterminer les traitements les plus efficaces avec le moins d’effetsrnindésirables possibles. 

rnrn

« FIGHT-HF » permet aussi l’étudernde nouvelles stratégies thérapeutiques (dont une nouvelle approche globale desrnpatients dans leur environnement avec notamment un projet de télémédecine), l’utilisationrnde toutes les données générées par les recherches (Big Data) pour faire émergerrnde nouvelles hypothèses à tester, et ainsi de sauver des vies.

rnrn

Pour le Pr Rossignol qui coordonnern« FIGHT-HF » « Un cerclernvertueux est enclenché ! Il repose sur l’excellence de ce consortium dontrnle rayonnement international se concrétise à travers les projets européensrnEUFP7 « HOMAGE » (30 équipes internationales http://homage-hf.eu) et « FIBRO-TARGET »rn(12 équipes internationales www.fibrotargets.eu)rncoordonnés par le Pr Faïez Zannad du Centre d’Investigation Clinique etrnpleinement intégrés dans « FIGHT-HF ». »

rnrn

Certaines études de « FIGHT-HF »rndonneront des résultats bien avant 2020. Pour Patrick Rossignol « C’est un grand espoir qui s’ouvre pourrnles patients insuffisants cardiaques. Avec ce programme, nous pensons aboutir àrndes avancées majeures à brève échéance. » 

rnrn

 

rnrn

C’est un jury internationalrnqui a sélectionné le projet « FIGHT-HF » sur la base de critèresrnscientifiques, d\’innovation, et sur le potentiel de retombées médicales etrnsocio-économiques à court terme des projets. Trois autres projets (parisiens)rnont également été retenus sur la trentaine de dossiers évalués.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.