99 sur 100 : le CHR d’Orléans, 4ème hôpital le plus sûr de France

Au « Palmarès exclusif » des hôpitaux français les plus sûrs établi le 8 décembre 2009 par le magazine L'Express, le centre hospitalier régional d'Orléans arrive à la 4ème place* sur 71. Un excellent résultat, qui récompense l'organisation et les actions de prévention contre les infections nosocomiales.

Au « Palmarès exclusif » des hôpitaux français les plus sûrs établi le 8 décembre 2009 par le magazine L’Express, le centre hospitalier régional d’Orléans arrive à la 4ème place sur 71. Un excellent résultat, qui récompense l’organisation et les actions de prévention contre les infections nosocomiales.

Méthodologie les établissements sont classés en sept catégories d’établissements selon leur risque d’infections nosocomiales : les CHR-CHU, les centres de lutte contre le cancer, les centres hospitaliers de plus de 300 lits, les centres hospitaliers de moins de 300 lits, les hôpitaux locaux, et les cliniques privées de plus de 100 lits et cliniques de moins de 100 lits. Soit, au total, 1 553 établissements.
L’Express a ensuite établi un palmarès par catégories d’établissements selon le résultat des indicateurs qualité. Dans chaque catégorie, ceux-ci sont classés selon leur score général, par ordre décroissant.

Le CHR d’Orléans : un score de 99 sur 100
Ce score, calculé par le ministère de la Santé, est calculé sur 100 et résulte de l’addition de quatre indicateurs : l’indice Icalin (infections nosocomiales : 40% du score général), la consommation de solutés hydro-alcooliques par le personnel (30%), la consommation d’antibiotiques (20%) et la surveillance des infections du site opératoire (10%).

Le CHR d’Orléans classé A : « très bon »
Selon leur score, les établissements sont répartis par le ministère de la Santé en différentes classes. De la classe A, qui distingue les établissements ayant mis en place le maximum de moyens et d’actions pour lutter contre les infections nosocomiales meilleurs, à la classe E, qui rassemble les moins performants.

L’implication forte de la direction et de l’ensemble des professionnels du CHR d’Orléans a permis au service de prévention du risque infectieux d’organiser au mieux sa lutte contre les infections nosocomiales ; un engagement garant de l’excellence de la prise en charge.

*derrière l’hôpital Lariboisière(AP-HP) – 75, l’Hôpital Emile Roux à Limeil-Brévannes – (AP-HP) – 94 et l’Hôpital Paul Brousse à Villejuif – 94

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.