A Besançon, justice et santé se rencontrent autour de la loi Leonetti

Le 17 avril 2008, Madame Rachida Dati, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, était à Besançon, accompagnée du docteur et député, Monsieur Jean Leonetti. Ce même jour, le Centre Hospitalier Universitaire et la Cour d'Appel de Besançon signaient une convention afin de sensibiliser les professionnels du monde de la santé et de la justice aux enjeux de la prise en charge des patients en fin de vie. C'est dans le cadre de cette convention qu'a eu lieu la première formation médicale continue sur la Loi Leonetti, coorganisée par le CHU, la Cour d'Appel et le Comité d'Ethique.

Le 17 avril 2008, Madame Rachida Dati, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, était à Besançon, accompagnée du docteur et député, Monsieur Jean Leonetti. Ce même jour, le Centre Hospitalier Universitaire et la Cour d’Appel de Besançon signaient une convention afin de sensibiliser les professionnels du monde de la santé et de la justice aux enjeux de la prise en charge des patients en fin de vie. C’est dans le cadre de cette convention qu’a eu lieu la première formation médicale continue sur la Loi Leonetti, coorganisée par le CHU, la Cour d’Appel et le Comité d’Ethique.

Mardi 21 octobre, l’ensemble du personnel médical ainsi que les internes étaient conviés à cette formation au cours de laquelle intervenaient juges et médecins. Une table ronde a permis de rappeler le contenu de la loi Leonetti et d’évoquer ce qui a changé au niveau médico-légal, avec un éclairage européen de droit comparé.

Les questions étaient si nombreuses qu’elles n’ont pu être toutes renseignées. Une réflexion est déjà en cours quant à l’organisation de la prochaine rencontre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.