A Besançon, on traite désormais les cordes vocales sous anesthésie locale

Crédit photo : CHU de Besançon.
La fibroscopie interventionnelle laryngée (FIL) est une technique innovante dans la pratique de l’ORL. Encore peu développée en France, le CHU de Besançon est le premier établissement en Franche-Comté à adopter cette méthode pour des interventions sur les cordes vocales en consultation.

C’est bien connu, la voix ne tient qu’à un FIL. Toujours est-il que cela fait maintenant un peu plus de six mois que le service ORL du CHU de Besançon prend en charge les patients nécessitant une intervention sur leurs cordes vocales et ce, directement en consultation, sous anesthésie locale. Cette technique, inconfortable mais non douloureuse, c’est la fibroscopie interventionnelle laryngée (FIL), aussi appelée vidéo-endoscopie interventionnelle. Mais pour quelles raisons l’utilise-t-on ? Petite recontextualisation anatomique.

Au sein du larynx (organe cartilagineux de l’appareil respiratoire situé au niveau de la gorge), se trouvent des nerfs “récurrents” qui activent les cordes vocales. Ces dernières sont essentielles pour respirer, mais aussi pour parler et déglutir. Or, ces nerfs peuvent être abîmés par des traumatismes post-chirurgicaux comme les chirurgies thoraciques, vasculaires aortiques, etc, ou être endommagés par une lésion présente ou encore une tumeur. Afin d’avoir une bonne production des sons vocaux, il faut que ces cordes vocales soient réunies sur ce qu’on appelle la “ligne médiane”. Or, il arrive qu’elles soient elles-mêmes l’objet de lésions inflammatoires, fibrotiques ou tumorales. Cela entraîne un mauvais accolement des cordes vocales sur la ligne médiale, et peut donc conduire à un trouble de la voix qu’on appelle « dysphonie ». Cette dernière est parfois associée à des fausses routes et des troubles de déglutition. Si l’espace entre les deux cordes vocales n’est pas suffisant, en revanche, il existe alors un essoufflement. 


Prise en charge rapide et alternative à l’anesthésie générale

De retour chez eux deux heures après l’opération, les patients concernés n’ont plus besoin de passer par la case bloc opératoire, évitant ainsi une anesthésie générale. Un argument de taille aux yeux des plus vulnérables ou encore de ceux craignant de devoir subir une intervention invasive. Autre avantage de cette technique : elle permet une prise en charge rapide, évitant ainsi au patient une longue période d’attente entre le diagnostic et l’intervention chirurgicale.

La technique FIL : de nombreux objectifs de soin 

Recommandée dans le cadre d’une injection de substances dans les cordes vocales, la fibroscopie interventionnelle laryngée (FIL) peut avoir plusieurs objectifs de soin. 

Dans un premier temps, celle-ci peut être utilisée à visée diagnostique en vue de la réalisation de biopsies. Cela permet une prise en charge rapide des patients atteints par exemple de cancer de la sphère oto-rhino-laryngée (ORL), ou lorsqu’ils détiennent une contre indication à l’anesthésie générale.

Crédit photo : CHU de Besançon.

La technique FIL peut aussi être utilisée à des fins thérapeuthiques, par exemple dans le cadre de maladies inflammatoires ou fibrotiques (nodule, polype, cicatrice, synéchie etc.) où l’on va injecter des corticoïdes pour améliorer un trouble de la voix (dysphonie), diminuer des troubles de déglutition ou une gêne respiratoire. Le recours à la fibroscopie interventionnelle laryngée peut se faire pour injecter de la toxine botulique dont le rôle est de paralyser la corde vocale, dans des situations bien spécifiques (dysphonie spasmodiques par exemple). 

Enfin, la fibroscopie interventionnelle laryngée peut avoir une visée de médialisation. Concrètement, on augmente le volume de la corde vocale paralysée jusqu’à ce qu’elle atteigne la ligne médiane, afin de faciliter l’affrontement des deux cordes vocales. Cette opération a pour objectif d’améliorer le volume et le timbre de la voix, le souffle ou encore la déglutition. Les produits injectés sont résorbables, à l’image de l’acide hyaluronique ou l’hydroxyapatite qui peut être proposée en cas de paralysie du nerf récurrent. 

Pauline Villesuzanne avec le CHU de Besançon

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.