L’art thérapie, une nouvelle approche du soin au CHU de Nantes

Au CHU de Nantes, depuis 4 ans et sous l’impulsion du Dr Valérie David, l’art-thérapie est intégrée au centre de ressources et de compétences pour la mucoviscidose auprès des enfants et des adolescents afin de renforcer leurs compétences psychosociales. À partir des indications médicales, les séances répondent aux objectifs thérapeutiques et aux envies des patients avec des outils artistiques adaptés à chacun (arts plastiques, corporel ou visuels).

Au CHU de Nantes, depuis 4 ans et sous l’impulsion du Dr Valérie David, l’art-thérapie est intégrée au centre de ressources et de compétences pour la mucoviscidose auprès des enfants et des adolescents afin de renforcer leurs compétences psychosociales. À partir des indications médicales, les séances répondent aux objectifs thérapeutiques et aux envies des patients avec des outils artistiques adaptés à chacun (arts plastiques, corporel ou visuels).
L’art thérapie est une spécialité paramédicale qui utilise le processus artistique dans un projet de soins, mais également dans le secteur social et éducatif. Elle repose sur le pouvoir expressif, les effets relationnels et les gratifications esthétiques de l’art, selon les besoins de la personne et des objectifs thérapeutiques définis. L’art-thérapie est reconnue par la Haute autorité de santé (HAS) comme une approche thérapeutique visant à améliorer « l’état complet de bien-être physique, mental et social, résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit », essentiel à la bonne santé selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Séances individuelles ou collectives

En hôpital de jour ados, les Drs Laurence Dreno et Emmanuelle Caldagues ont introduit l’art-thérapie dans leur offre de soins. Des séances individuelles et collectives sont proposées aux adolescents ayant notamment des troubles du comportement alimentaire, pour permettre une amélioration de l’estime d’eux-mêmes et favoriser un autre rapport au corps. Arts plastiques et arts corporels sont proposés selon les objectifs définis pour chacun des patients.
Depuis 2012, à l’unité des grossesses à haut risque, l’art-thérapie est également proposée pour rompre l’isolement et diminuer l’anxiété chez les femmes enceintes vivant des complications durant leur grossesse.

Les patients acteurs de leurs soins

Depuis 2016, ce sont les patients hospitalisés en oncologie pédiatrique qui en bénéficient. Basée sur des projets participatifs, l’art-thérapie constitue un espace de rencontre pour les patients rendus acteurs de leurs soins. S’investir autour d’un projet esthétique et gratifiant peut leur permettre de soulager les symptômes et la douleur liés à la maladie, tout en favorisant une mobilisation corporelle adaptée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.