7,7M€ d’excédent au budget 2018, Marseille affiche son optimisme

Marseille clôt l’exercice 2018 avec un excédent de + 7,7 M€ (contre -12,9 M€ en 2017) et un résultat consolidé à +11,1 M€ (contre - 11,5 M€ en 2017). La publication de cette embellie financière offre à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM), l’occasion de rappeler ses atouts, à savoir une certification des comptes sans réserve, gage de rigueur pour ses partenaires, une activité en hausse, attestant la confiance renforcée de la population dans ses services, une recherche reconnue avec notamment le projet Innov-CKD, un des lauréats de de l’appel d’offres « Recherche Hospitalo-Universitaire en santé ». Sur le plan des investissements, l'AP-HM a actualisé son vaste projet de modernisation éligible au financement COPERMO. L'« Avenir AP-HM » c'est aussi une ambitieuse transformation de ses organisations en 37 chantiers et plus de 300 projets. Explications..

Marseille clôt l’exercice 2018 avec un excédent de + 7,7 M€ (contre -12,9 M€ en 2017) et un résultat consolidé à +11,1 M€ (contre – 11,5 M€ en 2017). La publication de cette embellie financière offre à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM), l’occasion de rappeler ses atouts, à savoir une certification des comptes sans réserve, gage de rigueur pour ses partenaires, une activité en hausse, attestant la confiance renforcée de la population dans ses services, une recherche reconnue avec notamment le projet Innov-CKD, un des lauréats de de l’appel d’offres « Recherche Hospitalo-Universitaire en santé ». Sur le plan des investissements, l’AP-HM a actualisé son vaste projet de modernisation  éligible au financement COPERMO. L’« Avenir AP-HM » c’est aussi une ambitieuse transformation de ses organisations en 37 chantiers et plus de 300 projets. Explications…

Des comptes en voie de redressement

Pour la première fois depuis de nombreuses années, les comptes de l’AP-HM présentent un résultat excédentaire : le résultat du compte de résultat principal s’élève à +7,7 M€ (contre -12,9 M€ en 2017) et le résultat consolidé à + 11,1 M€ (contre – 11,5 M€ en 2017). Soit une amélioration comprise entre 21 et 22 M€ entre les deux exercices. Ce redressement s’explique en grande partie par le soutien et  la confiance de l’Etat accordés à l’AP-HM qui se sont traduites par les aides versées en fin d’année par l’ARS afin de soutenir la trésorerie et d’améliorer le délai de paiement des fournisseurs.
Par ailleurs, comme l’an dernier, l’AP-HM enregistre une reprise de provision d’un montant significatif de plus de 13 M€. La marge brute non aidée, qui traduit la performance de gestion de l’établissement, se stabilise par rapport à 2017, autour de 42 M€, soit un taux de 3,2%.
La capacité d’autofinancement – qui traduit la capacité propre à investir – s’améliore de 10 M€, mais reste encore nettement inférieure aux remboursements des annuités d’emprunts, compte tenu du niveau d’endettement de la structure encore très élevé (plus de 985 M€ de dette). Ce déséquilibre structurel de la situation financière de l’établissement a nécessité encore cette année de limiter les investissements au strict nécessaire.
Ces difficultés imposent une grande rigueur. Pour la deuxième année consécutive, les comptes ont été certifiés sans réserve. Les comptes de l’AP-HM sont réguliers et sincères et donnent une image fidèle des opérations de l’exercice écoulé de la situation financière et du patrimoine de l’AP-HM. Cette certification, sans réserve, constitue un gage de crédibilité très fort, tant vis-à-vis des tutelles, dans le cadre plus large de l’examen du projet de modernisation par le COPERMO, que vis-à-vis des partenaires bancaires.

Une reprise de l’activité séjours + 3%, hospitalisations de jour +4,9%,  

Après un début d’année en stagnation (activité stable à négative sur les deux premiers mois 2019), l’AP-HM profite d’un redressement continu de sa conjoncture depuis le mois de mars et affiche désormais une progression d’activité sur les cinq premiers mois de l’année : en cumul à fin mai, le total des entrées directes en hospitalisation de court séjour s’élève à 102 768 séjours, en hausse de 3,0% par rapport à 2018.
Au sein de cette activité, le nombre de patients pris en charge en hospitalisation complète de court séjour (MCO) s’établit à 52 570, soit une progression de +1,3% par rapport à l’année 2018, tandis que les venues en hospitalisation de jour MCO sont en hausse de 4,9%. Corrigées des effets de périmètre, les entrées en hospitalisation complète de Médecine progressent de 2,2%, la chirurgie est en hausse de 0,4%, la gynécologie-obstétrique progresse de 0,7%.
L’activité ambulatoire est en progression sensible à fin mai : les venues en Hôpital De Jour MCO, y compris pour chimiothérapie, sont en hausse de 4,9%, la chirurgie ambulatoire progresse de 4,3%, le transfert en ambulatoire de la gynécologie est très important (+29%), les séances de dialyse reculent de 3,5% pendant que les séances de radiothérapie affichent une croissance de 11%. L’activité de consultations externes (l’AP-HM assure près de 1 million de consultations par an) est en croissance de 2,6% par rapport à mai 2018.
L’AP-HP se réjouit aussi de la reprise de l’activité des greffes hépatiques pédiatriques.

Le plan de transformation « Avenir AP-HM »

Outre le projet de modernisation des infrastructures immobilières jugé éligible en janvier 2018 au financement COPERMO, l’AP-HM a lancé un vaste plan « Avenir AP-HM » pour transformer en profondeur ses organisations : 37 chantiers et plus de 300 projets ont été lancés. Les chantiers pilotes concernent la logistique, les pré-admissions, les blocs opératoires, le présentéisme, la logistique produisent déjà des résultats très satisfaisants. A titre d’exemple, le projet pilote pré-admission lancé à l’Hôpital Nord a permis de réduire de 40% les délais d’attente aux bureaux des entrées pour les primo-consultants.
L’AP-HM tend à simplifier et optimiser la prise de rendez-vous en mettant en place des solutions innovantes, multi-plateformes, simples d’accès et digitales. En plus de "myaphm", application lancée en 2018, les possibilités de rendez-vous s’étendent avec "Doctolib", service accessible 24h/24 et 7j/7, simple et gratuit. Des rappels via SMS et mail permettent de ne pas oublier son rendez-vous. Depuis avril, une douzaine de services et une centaine de médecins sont accessibles via Doctolib. Des créneaux sont spécifiquement réservés pour les médecins de ville pour améliorer le lien ville-hôpital.
Des projets médicaux ambitieux ont également été validés par exemple : le développement de la télémédecine avec notamment le lancement en septembre d’une plateforme de télésurveillance pour les insuffisances cardiaques, le passage de 18 à 72 lits pour les urgences neuro-vasculaires, l’augmentation du nombre de lits en unité de soins intensifs de cardiologie, le transfert des activités de chirurgie maxillo-faciale sur l’Hôpital de la Conception, la mise en place du diagnostic en un jour des nodules thyroïdiens à la Conception
L’AP-HM retient aussi les actions menées dans le cadre d’« Hôpitaux de Provence », Groupement Hospitalier et Universitaire des Bouchesdu-Rhône, un des GHT les plus importants de France de par la population desservie, 2 millions d’habitants, la superficie du territoire, 5 000 km², le nombre et la diversité des établissements parties, 13 établissements dont un CHU, neuf centres hospitaliers, trois centres hospitaliers spécialisés en psychiatrie et un HIA associé). Parmi les avancées, on retiendra le projet médical du GHT qui compte désormais 13 filières et 50 médecins recrutés qui occupent des postes d’assistants spécialisés partagés ; il s’agit de praticiens intervenant sur deux établissements.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.