A l’AP-HM, une nouvelle voie dans le traitement de la schizophrénie

Une étude coordonnée par le Dr Guillaume Fond, psychiatre et chercheur dans le service d’information médicale du Pr Laurent Boyer à l’AP-HM démontre, chez les patients résistant au traitement antipsychotique, un lien entre l’inflammation et la non-réponse au traitement. Cette étude clinique, conduite par le réseau des Centres Experts FondaMental Schizophrénie, vient d’être publiée dans la revue European Archives of Psychiatry and Clinical Neuroscience.
Une étude coordonnée par le Dr Guillaume Fond, psychiatre et chercheur dans le service d’information médicale du Pr Laurent Boyer à l’AP-HM démontre, chez les patients résistant au traitement antipsychotique, un lien entre l’inflammation et la non-réponse au traitement. Cette étude clinique, conduite par le réseau des Centres Experts FondaMental Schizophrénie, vient d’être publiée dans la revue European Archives of Psychiatry and Clinical Neuroscience (1).
L’inflammation, réaction normale de l’organisme face à une agression physique, biologique et/ou psychique peut, dans certaines circonstances pathologiques, devenir chronique. Cette inflammation périphérique chronique de bas grade a été associée à de nombreuses dysfonctions d’organes, y compris le cerveau. D’où le risque de déclenchement et d’entretien de troubles psychiatriques majeurs, comme la schizophrénie.
L’objectif de l’étude publiée dans la revue European Archives of Psychiatry and Clinical Neuroscience (1)  était de déterminer si l’inflammation de bas grade pouvait influencer la réponse au traitement antipsychotique chez les patients avec schizophrénie.

Nouvelle voie de traitement. 609 patients consultant dans les centres experts schizophrénie, âgés en moyenne de 32 ans, ont été inclus dans l’étude. Environ un patient sur dix était identifié comme « ultra-résistant », c’est-à-dire qu’il présentait encore des symptômes significatifs de schizophrénie malgré un traitement par clozapine, considéré comme le traitement antipsychotique le plus efficace. L’inflammation périphérique était mesurée par une protéine sanguine, la C-reactive protéine ultrasensible, utilisée en pratique courante.
Parmi les résultats de l’étude, l’ultra-résistance au traitement a été associée à l’inflammation périphérique de bas grade, à la durée de la maladie et à un niveau de fonctionnement diminué, indépendamment de facteurs confondants comme l’âge, le sexe, le tabagisme et le surpoids.

Cette étude ouvre une nouvelle voie dans le traitement de la schizophrénie, par lajout au traitement de molécules ayant des propriétés anti-inflammatoires chez les patients présentant une résistance au traitement antipsychotique.

1 – Chronic low-grade peripheral inflammation is associated with ultra resistant schizophrenia. Results from the FACE-SZ cohort.
Fond G, Godin O, Boyer L, Berna F, Andrianarisoa M, Coulon N, Brunel L, Bulzacka E, Aouizerate B, Capdevielle D, Chereau I, D’Amato T, Dubertret C, Dubreucq J, Faget C, Leignier S, Lançon C, Mallet J, Misdrahi D, Passerieux C, Rey R, Schandrin A, Urbach M, Vidailhet P, Llorca PM, Schürhoff F, Leboyer M; FACE-SZ (FondaMental Academic Centers of Expertise for Schizophrenia) Group.
Eur Arch Psychiatry Clin Neurosci. 2018 May 28. doi: 10.1007/s00406-018-0908-0. [Epub ahead of print]

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.