A la Colombiere, un tout nouveau bâtiment de psychiatrie adulte

Le CHRU de Montpellier a livré son tout nouveau bâtiment de psychiatrie adulte de l'hôpital de la Colombière en mai dernier. Conjuguant modularité, fonctionnalité, sécurité et confort, cette modernisation améliore considérablement les conditions d'accueil des patients et de travail des équipes de psychiatrie.

Le CHRU de Montpellier a livré son tout nouveau bâtiment de psychiatrie adulte de l’hôpital de la Colombière en mai dernier. Conjuguant modularité, fonctionnalité, sécurité et confort, cette modernisation améliore considérablement les conditions d’accueil des patients et de travail des équipes de psychiatrie.

Un projet architectural qui répond aux besoins de l’activité

Chaque nouveau bâtiment abritera deux unités de soins de 20 lits, constituées d’une zone fermée et d’une zone ouverte, modulables selon les besoins d’hospitalisation libre ou sous contrainte. En effet les six chambres au centre de chaque unité peuvent faire partie de l’une ou l’autre zone. Le bâtiment de soins intensifs ne comprend qu’une unité de vingt lit.

Le travail préparatoire sur le projet de reconstruction de l’hôpital La Colombière a été mené avec la participation et l’implication des équipes médicales et soignantes. Les équipes techniques ont eu à coeur de trouver des solutions adaptées à chaque problématique, en voici quelques exemples :
– Pour l’accessibilité et la sécurité des locaux, les zones d’hébergement, de vie et les accès logistiques sont de plain-pied. Cinq chambres par unité sont aménagées pour accueillir des personnes handicapées.
– Pour la confidentialité et l’intimité des patients : les chambres sont toutes individuelles.
– Pour la sécurité : le choix a été fait de ne pas mettre de barreaux au fenêtre. Un vitrage anti-effraction avec une ouverture réduite sera posé et un système d’alarme individuel protégera les travailleurs isolés.
-Pour le confort, toutes les chambres seront équipées de sanitaires et les bâtiments comporteront un système de rafraîchissement.

Les chiffres
19 entreprises participent à cette reconstruction.
La nouvelle surface utile est de 18 064 m² dont 3917 m² pour ce bâtiment..
Le coût total de l’opération est de 51 419 060 € dont
9 750 000 pour ce premier bâtiment.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.