A la pointe de la Biologie

Compétences regroupées, moyens optimisés : le tout nouveau Plateau Technique de Biologie du CHU de Dijon affiche de belles performances. Visite guidée...

Compétences regroupées, moyens optimisés ; le tout nouveau Plateau Technique de Biologie du CHU de Dijon affiche de belles performances. Visite guidée…

Fruit d’un vaste projet de restructuration dans la veine de la future Cité Hospitalière, le CHU de Dijon a édifié un Plateau Technique de Biologie (PTB) de 13.000 m2 sur le site de l’ancien Hôpital Militaire. Il réunit les 12 laboratoires du CHU autrefois répartis sur 4 sites hors Centre de Prélèvements, laboratoire d’urgences de l’Hôpital Général et laboratoire de Biologie de la Reproduction. Le Plateau Technique de Biologie abrite également l’Etablissement Français du Sang dans une zone indépendante.

Les avantages d’une organisation rationnelle
La plus grande transversalité des fonctions tertiaires ou logistiques a permis la création de secteurs communs :
– Le secteur pré-analytique où tous les prélèvements (hormis ceux destinés à l’anatomopathologie) sont réceptionnés dans une zone unique. Ils sont reconnus par des automates en « ilôts » qui les débouchent, les trient et les aliquotent sur des portoirs destinés aux différentes paillasses. A l’ouverture de Bocage Central, l’acheminement des tubes entre les unités de soins et le plateau de biologie sera entièrement automatisé par pneumatiques et valisettes.
– Le Plateau Technique Automatisé rassemble les activités de grande routine d’urgence et de garde 24h/24 (Biochimie, Immunochimie, Pharmacologie, Gaz du sang, Hématologie cellulaire et Hémostase)
– Le Plateau Technique de Microbiologie regroupe les laboratoires du secteur infectieux (Bactériologie, Mycologie Parasitologie, Virologie) et permet la mise en commun de certaines activités (sérologie, zone P3, Laverie, stérilisation, …)
– Des plateformes et ateliers communs accueillent les activités de Biologie Moléculaire, la cytométrie en flux, les méthodes physiques, le laboratoire de manipulation des radio-isotopes…
– La mutualisation des secteurs d’activités a accompagné la mise en place des laboratoires spécialisés (biochimie, immunologie, pharmacotoxicologie, hématologie, bactériologie, virologie, mycologie-parasitologie, cytogénétique, génétique moléculaire, anatomie pathologique) dans un environnement conforme et adapté à une biologie moderne et de qualité.
La mise en commun des moyens améliore les performances diagnostiques et favorise le développement d’activités innovantes. Elle permet aussi des gains de productivité par la rationalisation des structures et des processus de production.
Côté sécurité cette restructuration apporte une meilleure traçabilité des échantillons et des résultats et optimise les interactions entre les laboratoires dans une structure dotée d’équipements et d’installations modernisés et sécurisés. Enfin, le guichet unique de réception des prélèvements simplifie les pratiques au sein des unités de soins et améliore le confort des patients, moins sollicités pour les prélèvements.

Enseignement et recherche
Le Plateau de Biologie va se trouver liaison directe avec un bâtiment de recherche et d’enseignement en biologie médicale, géré par l’université de Bourgogne.
Le Pôle de Biologie : un pôle d’excellence
Véritable Pôle régional, effectuant plus de 2.800.000 actes par an, le PTB sera également pôle de référence pour des activités peuvent être uniques en Bourgogne, et spécifiques à un CHU : périnatalité, cancérologie ou microbiologie par exemple . Ses laboratoires interviennent aussi pour le compte d’Etablissements d’hospitalisation publics ou privés, de laboratoires de recherche, des expertises particulières pour le Ministère de la Justice ou en partenariat avec le CHU de Besançon, etc

Les atouts du Plateau Technique de Biologie :
– Un équipement sophistiqué, largement automatisé
– Des personnels de haute qualification
– Le développement et la maîtrise des technologies avancées (2 plateformes de biologie moléculaire, 1 plateforme de cytométrie en flux, 1 zone permettant la manipulation des agents hautement pathogènes)
– Des démarches qualité …


Le Plateau Technique de Biologie du CHU de Dijon : Un parti pris architectural
Intercalé entre l’ancien hôpital militaire et le site du Bocage, cet édifice a su trouver une expression architecturale lui permettant d’affirmer sa fonction et son autonomie, sans pour autant nier le paysage environnant, ni la logique des flux de circulation. Son socle minéral émerge du sol. Sa matière : un béton architectonique renvoie aux façades des bâtiments d’origine du site hospitalier. Sa teinte ocre évoque la célèbre pierre de Bourgogne. Léger, sa carapace en métal clair se pose délicatement sur le socle, elle exprime la modernité et la haute technicité des lieux. Elle se retourne en toiture où elle s’épaissit pour loger, à l’abri de toute vue plongeante, les importantes installations techniques inhérentes aux activités du plateau. En débordant légèrement du socle, elle garantit à celui-ci la protection solaire requise.
De vastes patios rythment le bâtiment, leurs dimensions variables et les différents thèmes de traitement paysager participant ainsi au repérage des lieux. A ces espaces de lumière s’ajoutent les axes majeurs de circulation – autant de rues couvertes de verrières ou ponctuées de puits de lumière. Ces puits deviennent des lieux de vie à part entière tant à cause de l’attrait que leur clarté procure qu’en raison des escaliers et des passerelles qui les traversent avec légèreté et qui favorisent les rencontres informelles.

Chiffes clés du PTB
Montant des dépenses de travaux : 23 978 000 € TTC
Surface SDO 13.002 m² dont 8.213m² pour le CHU, 2.413 m² pour l’EFS et 2.376m² de locaux techniques et circulations générales
Durée des travaux : 24 mois
Financement : 15 % d’autofinancement CHU – 85 % d’emprunts
Opération inscrite dans le Plan Hôpital 2007 pour 1 535 000 € pour le financement des surcoûts d’emprunts
Montant des équipements médicaux et mobiliers : 2 558 000 €
Ouverture : juin 2008

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.