A la pointe de la lutte contre le cancer

Au CHU de Grenoble, il est possible de réaliser rapidement un diagnostic à partir d'une simple prise de sang ou de l'analyse d'une quantité infime de matière prélevée sur une tumeur grâce à un nouvel équipement d'analyse protéomique : le SELDI (Surface enhanced laser desoption ionisation)

Au CHU de Grenoble, il est possible de réaliser rapidement un diagnostic à partir d’une simple prise de sang ou de l’analyse d’une quantité infime de matière prélevée sur une tumeur grâce à un nouvel équipement d’analyse protéomique : le SELDI (Surface enhanced laser desoption ionisation)

Le SELDI devrait permettre des avancées considérables pour la recherche et le diagnostic de certains cancers. Cet appareil a été officiellement inauguré le 3 juillet 2003 par l’unité 318 de l’INSERM du CHU de Grenoble, dirigée par le professeur Benabid. Le SELDI a été intégralement financé par la Ligue contre le cancer, soit 200 000 euros.

Cet équipement d’analyse protéomique permet d’obtenir un diagnostic très rapide à partir d’une simple prise de sang ou de l’analyse d’une quantité infime de matière prélevée sur une tumeur. La technologie utilisée est extrêmement rapide et facilement reproductible ; elle permet également de suivre les évolutions de la maladie et de surveiller les réactions au traitement.

A terme, le développement de l’analyse protéomique selon la technique SELDI pourra permettre une évolution radicale des mesures de prévention en déterminant si un sujet est prédisposé à développer tel ou tel type de cancer. Le CHU de Grenoble va être l’un des tous premiers à utiliser à grande échelle la technologie SELDI riche de possibilités tout-à-fait extraordinaires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.