Cancer du pancréas : 1er traitement par radiofréquence sous échoendoscopie à Paris

Un patient de 83 ans souffrant d’une tumeur rare du pancréas, un insulinome pancréatique occasionnant des hypoglycémies sévères non contrôlées a bénéficié d'une technique innovante, le premier traitement par radiofréquence guidée sous échoendoscopie. L'intervention a été réalisée en juin 2018 par le Dr Maxime Palazzo, chef du service d’endoscopie digestive avec la collaboration du département d’anesthésie-réanimation du Pr Catherine Paugam et du service de chirurgie digestive du Pr Olivier Soubrane de l’hôpital Beaujon, AP-HP.
Un patient de 83 ans souffrant d’une tumeur rare du pancréas, un insulinome pancréatique occasionnant des hypoglycémies sévères non contrôlées a bénéficié d’une technique innovante, le premier traitement par radiofréquence guidée sous échoendoscopie. L’intervention a été réalisée en juin 2018 par le Dr Maxime Palazzo, chef du service d’endoscopie digestive avec la collaboration du département d’anesthésie-réanimation du Pr Catherine Paugam et du service de chirurgie digestive du Pr Olivier Soubrane de l’hôpital Beaujon, AP-HP.
Un patient de 83 ans souffrant d’une tumeur rare du pancréas, un insulinome pancréatique occasionnant des hypoglycémies sévères non contrôlées a bénéficié d’une technique innovante : la radiofréquence guidée sous échoendoscopie.
Cette intervention, qui cible et détruit la tumeur, souligne l’expertise des équipes médicales de l’hôpital Beaujon AP-HP dans la prise en charge des maladies de l’appareil digestif. Elle constitue une alternative à la chirurgie lourde plus complexe et pouvant occasionner plus de complications pour le patient. Ce geste a été réalisé en moins de 30 minutes avec une courte anesthésie générale. Après quelques heures, les hypoglycémies avaient disparu. Le patient a pu quitter l’hôpital après seulement quelques jours d’observation. Il se porte très bien. 

Une efficacité immédiate 

En pratique, le gastroentérologue-endoscopiste introduit par voie orale, un endoscope spécifique, l’échoendoscope à l’extrémité duquel se trouve une sonde d’échographie miniaturisée. Après repérage de la lésion au travers de la paroi intestinale, il introduit sous contrôle échographique une aiguille au cœur de la tumeur. Une fois en place, l’aiguille délivre un courant électrique qui va détruire la tumeur en une quinzaine de secondes, par radiofréquence. 
Cette technique mini-invasive rarement pratiquée car nécessitant un haut niveau d’expertise constitue une avancée majeure. Elle évite au patient une intervention chirurgicale longue, complexe avec une morbidité post-opératoire non négligeable. Elle se place comme une alternative à la chirurgie lourde pour des tumeurs pancréatiques neuroendocrines fonctionnelles de petite taille chez des patients dont l’âge ou les co-morbidités contre-indiquent la chirurgie. 
La radiofréquence sous échoendoscopie sera prochainement en cours d’évaluation pour le traitement d’autres types de tumeurs dont l’adénocarcinome pancréatique qui reste un cancer difficile à traiter.
L’hôpital Beaujon, AP-HP est un centre expert dans la prise en charge des maladies de l’appareil digestif dont les tumeurs pancréatiques bénignes et malignes. Un centre de diagnostic en un jour de ces tumeurs (HOPE) a ouvert en février 2017. Labellisé Centre européen d’excellence dans la prise en charge des tumeurs neuroendocrines digestives, il a été un des pionniers dans le développement de techniques endoscopiques comme l’échoendoscopie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.