Soigner est (aussi) un jeu à l’hôpital de jour de psychiatrie « An Treiz »

L’équipe de l’hôpital de jour An Treiz a mis au point un jeu qui fait partie intégrante du parcours de soins de psychiatrie ; une manière ludique de se mettre en scène et de se définir dans une relation à l’autre.

L’équipe de l’hôpital de jour An Treiz a mis au point un jeu qui fait partie intégrante du parcours de soins de psychiatrie ; une manière ludique de se mettre en scène et de se définir dans une relation à l’autre.

"Nous avons commencé par un atelier d’expression théâtrale partant de différents thèmes de jeux de scène. Cet atelier a évolué pour devenir un jeu de société. Toute l’équipe et les différentes personnes qui sont passées par la structure y ont mis un peu d’eux-mêmes », expliquent les membres de l’équipe de l’hôpital de jour An  Treiz (psychiatrie 5), auteurs du jeu «Team’agine». Des piles de cartes, deux sabliers, un « mètre scène ». Patients et soignants devenus joueurs s’affrontent en plusieurs équipes, sous le contrôle d’un membre de l’équipe soignante (maître du jeu), qui pose le jeu et explique les règles. Ensuite, un dé à six couleurs détermine la contrainte : « Mime et deviner », « débat ou interview », « phrase cachée »… Chaque équipe tire une carte dans la pile correspondante et tâche de faire deviner son intitulé avant l’écoulement du sablier.

"Pendant le jeu, tout le monde est sur un pied d’égalité, soignants et patients. On devient des personnages, on a le droit de se tutoyer, se toucher. Derrière ce masque invisible, les patients peuvent exprimer leurs émotions, parviennent à dédramatiser certaines situations pour eux très difficiles à affronter. Ils se rendent compte qu’ils ont des ressources, du fait de les avoir expérimentées dans un cadre sécurisant et ludique. En jouant, on travaille la peur de se mettre en scène dans la réalité, sans qu’il soit question de pathologie. »

La partie est suivie d’un temps d’échange durant lequel chacun repère la place qu’il a prise dans le groupe, identifie ses émotions, les nomme : «Portés par un groupe bienveillant, les plus introvertis se révèlent aux joueurs et à eux mêmes. Ce support nous aide à accompagner au plus juste les patients souffrant de difficultés psychologiques. Parfois réticents au départ, ils réclament maintenant ce jeu régulièrement !»

Le jeu a pu prendre forme grâce
à l’aide des services de reprographie et de signalétique du CHU et au soutien d’Anne Le Rhun, de l’instance régionale d’éducation et de promotion de la santé (Ireps) des Pays de la Loire. Cette création a fait l’objet d’un article publié dans la Revue des hôpitaux de jour psychiatriques et des thérapies institutionnelles.

Team’agine a été présenté au colloque francophone des hôpitaux de jour à Lausanne autour du thème « Le modèle dans tous ses états ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.