A Montpellier, l’unité de surveillance continue pivot entre la réa et l’hospitalisation classique

Palier intermédiaire entre la réanimation et les unités de soins classiques, l’Unité de Surveillance Continue du CHU de Montpellier, a ouvert le 11 mars 2019 à l’hôpital Lapeyronie. Ses 12 lits accueillent des malades monitorés dont l'état ou les traitements font craindre la survenue de défaillances vitales. Cette unité fonctionne H24 en lien avec le bloc opératoire, les urgences et le département anesthésie réanimation. Dans le cadre des plans blancs ou des plans « hôpital en tension », l'unité permettra au CHU de répondre à l’afflux de patients.

Palier intermédiaire entre la réanimation et les unités de soins classiques, l’unité de surveillance continue du CHU de Montpellier, a ouvert le 11 mars 2019 à l’hôpital Lapeyronie. Ses 12 lits accueillent  des malades monitorés dont l’état ou les traitements font craindre la survenue de défaillances vitales. Cette unité fonctionne H24 en lien avec le bloc opératoire, les urgences et le département anesthésie réanimation. 
Ce nouveau maillon vient consolider la chaîne des filières médicales et chirurgicales, en pré et postopératoire en urologie, orthopédie, gynécologie, « non programmé » et urgences, chirurgie plastique et réparatrice… 
La surveillance accrue par une observation clinique et biologique répétée et méthodique s’avère indispensable en cas d’accouchements à risque ; la maternité du CHU de Montpellier étant classée de niveau III.  Elle est aussi essentielle dans la prise en charge chirurgicale post réanimatoire des polytraumatismes thoraciques et / ou viscéraux, en post-opératoire immédiat pour les chirurgies majeures, pour les patients à risque ou en décompensation aiguë en post-urgence et en post séjour de réanimation.
La création de cette nouvelle unité mutualisée, placée sous la responsabilité de l’équipe médicale du département anesthésie réanimation A Lapeyronie offre de nombreux avantages en termes d’organisation avec notamment, l’augmentation des lits de Surveillance Continue du CHU, la centralisation des soins péri opératoires des patients à risque, l’optimisation des soins et de l’orientation des patients admis en post-réanimation et l’allègement des soins dans les unités d’hospitalisation complète. 
Dans le cadre des plans blancs ou des plans « hôpital en tension », l’unité a aussi toute sa place dans la gestion de l’afflux de patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.