A Montpellier, une nouvelle filière « TIC et Santé » pour les bac + 4, + 5 et les médecins

Le lancement du nouveau diplôme universitaire TIC et santé se déroulera le 14 septembre, à l'Université Montpellier Sciences et techniques (Montpellier 2) et celles de Médecine (Montpellier 1). Lors de la cérémonie officielle, les participants sont conviés à la conférence inaugurale du Pr Jacques Bringer, Doyen de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes sur le thème « Comment construire la faculté de médecine la plus moderne quand on est la plus ancienne ? ». Et en effet 8 siècles séparent les étudiants de l'an 1220 des 6èmes année de la promotion 2010. Dans ce temple de la connaissance, les gardiens nourrissent toujours la même flamme du savoir et de l'innovation. Seuls les moyens diffèrent et notamment la maîtrise des technologies de l'information et de la communication (TIC).

Le lancement du nouveau diplôme universitaire TIC et santé se déroulera le 14 septembre, à l’Université Montpellier Sciences et techniques (Montpellier 2) et celles de Médecine (Montpellier 1). Lors de la cérémonie officielle, les participants sont conviés à la conférence inaugurale du Pr Jacques Bringer, Doyen de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes sur le thème « Comment construire la faculté de médecine la plus moderne quand on est la plus ancienne ? ». Et en effet 8 siècles séparent les étudiants de l’an 1220 des 6èmes année de la promotion 2010. Dans ce temple de la connaissance, les gardiens nourrissent toujours la même flamme du savoir et de l’innovation. Seuls les moyens diffèrent et notamment la maîtrise des technologies de l’information et de la communication (TIC).

Secteur d’avenir, les applications des TIC à la santé couvrent des champs aussi divers que le diagnostic (capteurs et palpeurs), la chirurgie robotique, les dispositifs médicaux et d’assistance à l’autonomie, les télécommunications dans le cadre de l’hospitalisation à domicile ou de la télémédecine ou encore la gestion des dossiers médicaux ou pharmaceutiques… L’ingénieur ou le praticien faisant valoir une double expertise en technologies de l’information et de la communication et en santé intéressera les établissements de soins bien sûr mais aussi les laboratoires de recherche biomédicale, technologique et les nombreuses entreprises développant les brevets dans ces domaines. Cette année, 32 élèves ont été tentés par l’acquisition de ces connaissances pluridisciplinaires. A l’issue de la formation, ils deviendront ingénieurs des télécommunications ou des mines avec spécialisation TIC et santé. Un nouveau métier pour relever les défis de la médecine du 3ème millénaire.

De nombreux acteurs de la recherche participent à ce programme
En premier lieu les centres de recherche avec notamment le LIRMM, Laboratoire de recherche en Informatique, Robotique, Mécanique de Montpellier, l’IES, l’Institut d’Electronique du Sud. A leurs côtés les partenaires industriels : Sanofi Aventis, Orange, ZTE, Agfa, Axon, Cisco, Altera.
Des représentants du monde social ou humanitaire interviennent aussi : l’Université des Aidants, et certaines associations comme OVE (accompagnement de personnes handicapés) ou « A hauteur d’hommes », ONG de personnes handicapés…

A l’origine de ce nouveau cursus un partenariat entre l’Institut Télécom, l’université Montpellier 1 associée au CHU, l’université Montpellier 2 et l’École des Mines d’Alès. Cette coopération soutenue par la Région Languedoc-Roussillon et Montpellier Agglomération

Organisation de la formation
Le diplôme universitaire « Technologies de l’information et de la Communication pour la Santé » se prépare sur un an, de septembre à juillet. D’un volume horaire de 450 heures, la formation est organisée en 7 unités d’enseignement (UE) de 50 heures. A l’issue l’étudiant devra effectuer un stage de 5 mois dans un service hospitalier ou dans une entreprise du secteur de la santé.

2 UE métiers
• Éléments de sciences de santé (UVF4M101) : notions d’anatomie, de physiologie, de pathologie, systèmes et signaux physiologiques, capteurs, principes d’acquisition des signaux et images biomédicaux, données et connaissances médicales.
• Économie et organisation des sciences de la santé (UVF4M201) : organisation des systèmes de santé, économie et financement de la santé, méthodes d’évaluation et d’accréditation en santé, droit et sociologie de la santé.

4 UE techniques
• Traitement et analyse des données biologiques et médicales (UVF4M301) : analyse statistique de données, traitement des signaux et des images.
• Systèmes d’information médicale (UVF4M401) : management SI santé, urbanisation des SI, aide à la décision médicale, fouille de données, extraction de connaissances…
• Dispositifs médicaux et robotique médicale et chirurgicale (UVF4M501) : capteurs (technologies, capteurs personnels), robotique (technologie et modélisation des robots, applications dans le domaine de la santé)
• TIC pour le médicament (UVF4M601) : cible, conception et sécurité du médicament (aspects informationnels, observance thérapeutique, nouvelle conception galénique.

1 UE projet (UVF4M701) : Deux demi-journées par semaine seront réservées à la réalisation d’un projet proposé par une entreprise ou un laboratoire de recherche, réalisé en alternance entre le lieu de formation et l’organisme qui a proposé le sujet.

Pour plus d’information contacter
Bruno Salgues, Directeur d’études
TIC et Santé – Université Montpellier 2/Institut Telecom
CC 92 000 – Place Eugène Bataillon – 34095 Montpellier cedex 5
Tél 04.67.14.96.21 -Fax 04.76.14.96.21
bruno.salgues@institut-telecom.fr

Programme de la cérémonie officielle du 14 septembre : href= »http://www.telecom-montpellier.fr » target= »_blank »

Auteur : Marie-Georges Fayn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.