A Nîmes, première téléconsultation pour un patient de Langogne

Fin octobre, le Service Asthmologie - Allergologie et Médecine interne (SAAMI) du CHU de Nîmes a réalisé sa première téléconsultation avec un patient de Langogne (Lozère), en présence de son médecin traitant.
Fin octobre, le Service Asthmologie – Allergologie et Médecine interne (SAAMI) du CHU de Nîmes a réalisé sa première téléconsultation avec un patient de Langogne (Lozère), en présence de son médecin traitant. 
La téléconsultation, organisée par le CHU de Nîmes, s’inscrit dans la continuité de la télé-expertise mené par l’établissement hospitalo-universitaire nîmois depuis 10 ans avec les médecins généralistes de Langogne. « Cette télé-expertise et cette téléconsultation ont permis de stabiliser le déclin de la population médicale de Langogne, seul village de Lozère dans ce cas et, ainsi, de faire des économies de l’ordre de 2 500 000 € en transport de patients. La télé-expertise permet, par ailleurs, d’assurer la formation continue des médecins et de leur proposer des terrains de stage, tout en favorisant de nouvelles installations » indique le Pr Denis Vincent, chef du SAAMI.

« Le CHU à la campagne »

Julie Vergnet-Delalonde, directrice des Affaires générales et des Partenariats du CHU rappelle que « La téléconsultation s’appuie sur des dispositifs techniques de télémédecine, dans lesquels le CHUN est engagé depuis une dizaine d’années et qui permet de répondre aux besoins d’expertise hospitalo-universitaire dans les zones rurales ». Le dispositif de télémédecine au CHUN avait déjà été présenté il y a une dizaine d’années devant l’Académie de Médecine par le Pr Pierre Marès, alors président de la Commission médicale d’établissement (CME), dans une communication intitulée « Le CHU à la campagne ». 
Par ailleurs, la télé-expertise (téléphonique) est utilisée quotidiennement, depuis plus de 30 ans, par les médecins régulateurs du SAMU sous l’autorité du Pr Jean-Emmanuel de La Coussaye, président de CME.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.