A Nîmes, une nouvelle crèche pour une meilleure qualité de vie au travail

La Qualité de Vie au Travail (QVT) figure en première ligne du projet social 2017-2021 du CHU de Nîmes. En ouvrant une nouvelle crèche de 60 places pour accueillir les enfants de ses collaborateurs médicaux et non médicaux, l’établissement illustre à nouveau son engagement. Ce sont désormais 131 places que propose le CHUN avec les 71 déjà existantes dans la première crèche baptisée « Carémöme ».
La Qualité de Vie au Travail (QVT) figure en première ligne du projet social 2017-2021 du CHU de Nîmes. En ouvrant une nouvelle crèche de 60 places pour accueillir les enfants de ses collaborateurs médicaux et non médicaux, l’établissement illustre à nouveau son engagement. Ce sont désormais 131 places que propose le CHUN avec les 71 déjà existantes dans la première crèche baptisée « Carémöme ». 
Le nouveau centre va permettre aux parents de concilier plus aisément vie professionnelle et privée. Ses horaires classiques (7 h 30 / 18 h 30), complètent ceux de la première crèche (5 h 45 / 21 h 15) pour faciliter la garde des enfants en respectant leur rythme naturel de vie. De même, la proximité lieu de garde / lieu de travail adoucit la transition parfois difficile entre congé maternité ou congé parental et reprise de l’activité professionnelle. Les tout-petits sont pris en charge dans un lieu sûr et confortable à proximité de leurs parents.
L’aménagement intérieur de la nouvelle crèche optimise la qualité d’accueil et le fonctionnement quotidien dans un souci de confort, de sécurité et de bien-être des enfants comme des 25 salariés. Les petits seront répartis dans quatre sections. Les espaces ont été conçus pour eux, à leur échelle, composés de volumes spécifiques (salle d’éveil, de repos, de propreté…) égayés par une déco chaleureuse et ludique.  
Le développement durable, une exigence également prise en compte
Inscrite dans une démarche de Haute Qualité Environnementale, la conception générale de la crèche s’inspire des principes de construction durable et bioclimatique. L’organisation des 700m², la disposition des locaux et leur orientation tirent le meilleur parti possible de l’énergie solaire, permettant de réduire considérablement les dépenses de chauffage et de climatisation tout au long de l’année. 
Gérée par le Groupe Vivadom petite Enfance, le financement du projet a été soutenu par la Caisse d’allocations familiales (CAF) du Gard à hauteur de 34 %,  soit 744 000 € sur un investissement total de 2 205 800 €  (12 400 € par nouvelle place créée). Ce soutien prendra également la forme du versement de la Prestation de Service Unique (PSU) au gestionnaire Vivadom, pour garantir un tarif horaire adapté aux ressources et à la composition des familles, sur la base d’un barème national. La CAF du Gard, qui développe une politique d’action sociale en faveur de ses partenaires et de ses allocataires, place l’accueil de la petite enfance dans ses priorités. D’où le projet de la signature d’un Contrat Enfance Jeunesse avec le CHUN qui permettrait ainsi à l’établissement de percevoir le remboursement de plus de la moitié des frais de fonctionnement versés au gestionnaire Vivadom Petite Enfance. 
La visite officielle des nouveaux locaux a eu lieu le 19 avril dernier en présence de Jean-Paul Fournier, Président du Conseil de surveillance du CHU de Nîmes, maire de Nîmes, Martine Ladoucette, Directrice générale du CHU de Nîmes, Pr Jean-Emmanuel de La Coussaye, Président de la CME Guillaume Natton,  Directeur général de Vivadom, François-Xavier Degoul, Président du Conseil d’administration et Frédéric Turblin Directeur de la CAF du Gard.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.