A Nîmes, visite de chantier du futur bâtiment public-privé de Neurosciences

Ce nouveau bâtiment permettra au CHUN de se doter d’un véritable pôle Neurosciences, notamment à la faveur de la restructuration et de la relocalisation du service de Neurologie, dont les 40 lits (hospitalisation complète et Unité de soins intensifs neuro-vasculaires) seront installés au niveau 1 du futur bâtiment.
Ce nouveau bâtiment permettra au CHUN de se doter d’un véritable pôle Neurosciences, notamment à la faveur de la restructuration et de la relocalisation du service de Neurologie, dont les 40 lits (hospitalisation complète et Unité de soins intensifs neuro-vasculaires) seront installés au niveau 1 du futur bâtiment.
Doté d’une surface utile de 6 700 m² et conçu par le cabinet d’architectes Michel Beauvais Associés, le bâtiment public-privé de Neurosciences s’étend sur cinq niveaux. Le coût de l’opération toutes dépenses confondues (TDC) s’élève à 18 M€.
Les locaux de consultations externes dédiés aux chirurgiens hospitaliers et libéraux ont été prévus au niveau – 1, au même étage que les blocs opératoires  (deux pour le CHUN et deux pour l’Hôpital Privé les Franciscaines). Le niveau – 2 du bâtiment pourra accueillir un plateau d’imagerie en coupe. Enfin, 40 lits de neurochirurgie (25 pour l’Hôpital Privé les Franciscaines, 15 pour le CHUN) seront installés au niveau 0.

Coopération public-privé

Le schéma inter régional de neurochirurgie 2008-2014 ayant autorisé la création d’une activité de neurochirurgie adulte à Nîmes dans le cadre d’une coopération public-privé avec, à terme, le regroupement de l’activité sur un site unique, un Groupement de coopération sanitaire (GCS) de moyens avait été constitué en février 2008 entre le CHU de Nîmes (CHUN) et l’Hôpital Privé les Franciscaines (groupe Hexagone Santé Méditerranée). Dès la deuxième année de fonctionnement, l’activité nîmoise de neurochirurgie s’était hissée au deuxième rang, en volume, de l’ancienne région Languedoc-Roussillon.
Une fois l’activité lancée, le CHUN et l’Hôpital Privé les Franciscaines se sont attachés à préparer l’opération de regroupement des activités de neurochirurgie du crâne et de chirurgie du rachis sur un site unique. Un protocole d’accord en précisant les modalités avait été signé le 22 juin 2016, après concertation étroite avec l’ARS Languedoc-Roussillon. Le chantier de construction du futur bâtiment Neurosciences, sur le campus hospitalo-universitaire Carémeau, avait débuté quelques jours après.

Unité de lieu 

Le principe d’une mutualisation des moyens humains et des locaux avait été posé par les professionnels, et s’est jusqu’à présent concrétisé par une organisation unique de la permanence des soins, les praticiens de l’hôpital et de la clinique partageant les astreintes de neurochirurgie. De même, le comité médical du GCS avait acté le principe de l’unité de lieu pour les neurochirurgiens entre leur activité de neurochirurgie soumise à autorisation et leur activité de chirurgie du rachis, afin de sécuriser la continuité des soins apportés aux patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.