A Poitiers, un nouveau centre d’explorations et thérapeutiques

Le nouveau centre d’explorations et thérapeutiques du CHU de Poitiers regroupe neuf disciplines médicales et propose des interventions diagnostiques et thérapeutiques. Il s’agit d’un plateau technique, destiné aux médecins, qui propose un parcours sous anesthésie générale - pour des actes douloureux, notamment - et un parcours sous anesthésie locale.

Le nouveau centre d’explorations et thérapeutiques du CHU de Poitiers regroupe neuf disciplines médicales et propose des interventions diagnostiques et thérapeutiques. Il s’agit d’un plateau technique, destiné aux médecins, qui propose un parcours sous anesthésie générale – pour des actes douloureux, notamment – et un parcours sous anesthésie locale.
Le centre d’explorations et thérapeutiques interventionnelles, en service depuis le 1er octobre 2018 et inauguré le 5 novembre, s’inscrit dans la restructuration de la tour Jean-Bernard, sur le site de la Milétrie. Ce centre est doté d’un plateau technique qui lui est propre. Neuf disciplines médicales (hépato-gastro-entérologie, pneumologie, ophtalmologie, dermatologie, urologie, gynécologie, chirurgie plastique, orthopédie, ORL) y interviennent dans un cadre similaire à celui de la chirurgie ambulatoire. Le centre propose deux parcours à ses patients : un premier sous anesthésie générale et un second sous anesthésie locale.

Vers de nouvelles prises en charge

Le service s’étend sur 2 500 m² et comprend treize salles s’intervention, un hôpital de jour et une salle de réveil. Le centre s’appuie sur le très haut niveau d’expertise atteint par les unités d’endoscopie digestive et pneumologique du CHU. Dans des salles dédiées, sont réalisées les endoscopies ainsi que les biopsies digestives, bronchiques, hépatiques et urologiques. Les sismothérapies mais aussi les extractions dentaires sous anesthésie générale pour les personnes atteintes de handicap mental seront également effectuées, permettant d’asseoir la mission de service public du CHU auprès d’une population jusqu’alors mal prise en charge. Le coût du chantier s’élève à 4 millions d’euros, auquel s’ajoutent 2 millions d’euros d’équipement biomédical.
Médecins et soignants des neuf spécialités prennent en charge les patients, pendant la durée de leur passage qui s’étend de 1 h à 1 h 30, de l’accueil à la sortie. A ce jour, le centre accueille 40 patients par jour.

Une médecine micro-invasive en ambulatoire 

Inscrit dans le projet d’établissement du CHU de Poitiers, ce centre a été pensé par la communauté médicale pour anticiper la médecine de demain, une médecine micro-invasive en ambulatoire. C’est une organisation qui offre des conditions d’intervention optimales pour les équipes médicales, une optimisation des blocs opératoires et un parcours de soins simplifié pour le patient.
Le centre d’explorations et thérapeutiques interventionnelles se situe juste en-dessous des blocs opératoires, dans le couloir C, au rez-de-chaussée de Jean-Bernard, juste après le noyau des ascenseurs et le salon de sortie, sur le site de la Milétrie. Le centre est ouvert du lundi au vendredi, de 8 h à 18 h sans discontinuité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.