A Poitiers, un nouveau centre d’explorations et thérapeutiques

Le nouveau centre d’explorations et thérapeutiques du CHU de Poitiers regroupe neuf disciplines médicales et propose des interventions diagnostiques et thérapeutiques. Il s’agit d’un plateau technique, destiné aux médecins, qui propose un parcours sous anesthésie générale - pour des actes douloureux, notamment - et un parcours sous anesthésie locale.

Le nouveau centre d’explorations et thérapeutiques du CHU de Poitiers regroupe neuf disciplines médicales et propose des interventions diagnostiques et thérapeutiques. Il s’agit d’un plateau technique, destiné aux médecins, qui propose un parcours sous anesthésie générale – pour des actes douloureux, notamment – et un parcours sous anesthésie locale.
Le centre d’explorations et thérapeutiques interventionnelles, en service depuis le 1er octobre 2018 et inauguré le 5 novembre, s’inscrit dans la restructuration de la tour Jean-Bernard, sur le site de la Milétrie. Ce centre est doté d’un plateau technique qui lui est propre. Neuf disciplines médicales (hépato-gastro-entérologie, pneumologie, ophtalmologie, dermatologie, urologie, gynécologie, chirurgie plastique, orthopédie, ORL) y interviennent dans un cadre similaire à celui de la chirurgie ambulatoire. Le centre propose deux parcours à ses patients : un premier sous anesthésie générale et un second sous anesthésie locale.

Vers de nouvelles prises en charge

Le service s’étend sur 2 500 m² et comprend treize salles s’intervention, un hôpital de jour et une salle de réveil. Le centre s’appuie sur le très haut niveau d’expertise atteint par les unités d’endoscopie digestive et pneumologique du CHU. Dans des salles dédiées, sont réalisées les endoscopies ainsi que les biopsies digestives, bronchiques, hépatiques et urologiques. Les sismothérapies mais aussi les extractions dentaires sous anesthésie générale pour les personnes atteintes de handicap mental seront également effectuées, permettant d’asseoir la mission de service public du CHU auprès d’une population jusqu’alors mal prise en charge. Le coût du chantier s’élève à 4 millions d’euros, auquel s’ajoutent 2 millions d’euros d’équipement biomédical.
Médecins et soignants des neuf spécialités prennent en charge les patients, pendant la durée de leur passage qui s’étend de 1 h à 1 h 30, de l’accueil à la sortie. A ce jour, le centre accueille 40 patients par jour.

Une médecine micro-invasive en ambulatoire 

Inscrit dans le projet d’établissement du CHU de Poitiers, ce centre a été pensé par la communauté médicale pour anticiper la médecine de demain, une médecine micro-invasive en ambulatoire. C’est une organisation qui offre des conditions d’intervention optimales pour les équipes médicales, une optimisation des blocs opératoires et un parcours de soins simplifié pour le patient.
Le centre d’explorations et thérapeutiques interventionnelles se situe juste en-dessous des blocs opératoires, dans le couloir C, au rez-de-chaussée de Jean-Bernard, juste après le noyau des ascenseurs et le salon de sortie, sur le site de la Milétrie. Le centre est ouvert du lundi au vendredi, de 8 h à 18 h sans discontinuité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.