A Rouen, la chirurgie ambulatoire pédiatrique fête ses 30 ans et élargit son offre

Lors de sa création en 1985, l’unité ambulatoire de chirurgie pédiatrique, était particulièrement innovante en France. En effet, si le principe de «l’hospitalisation de jour» était acquis et même déjà développé dans plusieurs villes françaises, en revanche il existait peu d’unités fonctionnelles uniquement dédiées aux enfants opérés le matin et qui rentraient chez eux le soir. Dans ce domaine Rouen a fait office de précurseur.

Lors de sa création en 1985, l’unité ambulatoire de chirurgie pédiatrique, était particulièrement innovante en France. En effet, si le principe de «l’hospitalisation de jour» était acquis et même déjà développé dans plusieurs villes françaises, en revanche il existait peu d’unités fonctionnelles uniquement dédiées aux enfants opérés le matin et qui rentraient chez eux le soir. Dans ce domaine Rouen a fait office de précurseur.

En 30 ans, l’activité de l’unité a fortement progressé, passant de 500 patients la première année à 1860 en 2013. 50 % des enfants opérés en chirurgie pédiatrique sont aujourd’hui pris en charge en hospitalisation ambulatoire. En plus des actes réalisés sous anesthésie générale, 846 enfants ont été hospitalisés pour des soins externes, tels que des bilans préopératoires, préparations préopératoires…
 
Les chirurgies éligibles à l’ambulatoire sont de plus en plus nombreuses : En particulier, les prochains développements porteront sur des actes chirurgicaux urologiques ou orthopédiques pour lesquels des soins infirmiers sont indispensables au décours: surveillance puis ablation d’un drain de Redon, surveillance puis ablation d’un cathéter d’anesthésie périnerveuse ("biberon"), surveillance de pansements de verge). Le développement d’une hospitalisation à domicile avec des infirmières expérimentées en chirurgie pédiatrique devra permettre cette évolution.

La chirurgie ambulatoire pédiatrique élargit donc constamment ses indications et prouve son dynamisme dans le développement de ce type d’hospitalisation.
 
La structure continue d’évoluer avec les mêmes priorités : le confort et la sécurité optimale pour ses patients. Ainsi, pour tout changement d’heure d’arrivée ou de jeûne préopératoire, les patients sont prévenus par téléphone 24h avant l’hospitalisation. De plus, le lendemain de l’opération, un appel avec questionnaire informatisé permet de s’assurer que les suites sont conformes aux attentes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.