A Strasbourg, MagellanTM explore le système vasculaire : une 1ère nationale

Pour la première fois en France, le Pr Nabil Chakfé, en collaboration avec le Pr Fabien Thaveau et le Docteur Christine Jahn ont traité un patient de 46 ans souffrant de rétrécissement des artères iliaques droite et gauche et de la bifurcation aortique dû à un dépôt de graisse (athérome) en téléguidant un cathéter avec l’aide du dernier né des robots endovasculaires, le Magellan TM. L’intervention qui s’est déroulée lundi 19 novembre 2012 a duré 1h30*. Elle s’est déroulée dans d’excellentes conditions techniques et les suites opératoires médicales sont favorables.

Pour la première fois en France, le Pr Nabil Chakfé, en collaboration avec le Pr Fabien Thaveau et le Docteur Christine Jahn ont traité un patient de 46 ans souffrant de rétrécissement des artères iliaques droite et gauche et de la bifurcation aortique dû à un dépôt de graisse (athérome) en téléguidant un cathéter avec l’aide du dernier né des robots endovasculaires, le Magellan TM. L’intervention qui s’est déroulée lundi 19 novembre 2012  a duré 1h30*. Elle s’est déroulée dans d’excellentes conditions techniques et les suites opératoires médicales sont favorables.
L’équipe strasbourgeoise est la deuxième équipe européenne à avoir réalisé cette intervention robotisée, après Londres en 2011.
Le robot Magellan TM permet de piloter à distance un cathéter très souple qui circule à l’intérieur des vaisseaux du patient jusqu’à sa destination finale. Comparée aux procédés cathétérisme vasculaire manuels utilisés en routine dans les établissements de santé, cette technique possède des atouts majeurs pour le patient et pour le médecin :
– une «navigation» à l’intérieur du corps du patient considérablement facilitée avec moins de risques d’« abîmer » les vaisseaux avec le cathéter, ou de ne pas réussir à parvenir au niveau de l’organe « cible » pour traiter la lésion artérielle ou veineuse ;
– une réduction du temps de procédure ce qui entraîne un gain de confort évident pour le patient, et la possibilité d’augmenter l’activité avec des ressources identiques (salle d’opération, personnel médical et paramédical) ; – une irradiation moindre du patient – la procédure étant moins longue – et de l’opérateur qui se tient à distance pour piloter le cathéter, et reste donc hors du champ d’émission des rayons X. Un double avantage synonyme de sécurité augmentée pour le praticien et de nette réduction de la pénibilité de l’intervention; Actuellement le médecin porte debout, un tablier de protection en plomb de 10 kg plusieurs heures par jour.
Ce téléguidage à distance ouvre des perspectives sur des interventions plus complexes comme : les cathétérisations délicates telles que les endoprothèses aortiques ( jambages controlatéraux, endoprothèses fenêtrées et crosse aortique ), les embolisations (hypogastriques, le traitement des endofuites, en radiologie interventionnelle), les techniques de cross-over permettant de naviguer d’un membre inférieur à l’autre en passant par la zone de division de l’aorte dans l’abdomen.
Plus d’une centaine de patients devrait bénéficié de cette avancée thérapeutique. Un objectif ambitieux que se fixent les équipes du Pr Nabil Chakfé et du Pr Afshin Gangi.
Avec le robot Magellan TM Strasbourg prend une longueur d’avance en chirurgie robotisée
Le CHU de Strasbourg est le 1er établissement de France à s’être doté d’un robot Magellan TM,, le 2ème en Europe après l’hôpital St. Mary à Londres et le 4ème dans le monde. L’appareil intégralement financé par l’établissement à hauteur de 1,1 million d’euros a été installé le 15 novembre 2012, le service de Chirurgie Vasculaire et Transplantation Rénale du Pr Nabil Chakfé. L’acquisition de ce nouvel équipement hautement performant confirme la volonté forte du CHU de Strasbourg de renforcer son activité de robotique chirurgicale au bénéfice du patient. L’établissement s’était déjà doté du Robot Da Vinci S en 2006 et du Robot Rosa en 2012.
*temps d’installation et de mise en place inclus

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

AVC : COURSE CONTRE LA MONTRE AU CHU DE MONTPELLIER

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Hépatite C : à Strasbourg, Frédéric Chaffraix dirige le service qui l’a soigné

C’est tout près de l’hôpital Civil (Hôpitaux Universitaires de Strasbourg) que nous avons croisé la route de Frédéric Chaffraix, Responsable du Service Expert de Lutte contre les Hépatites Virales en Alsace (SELHVA). Ce service, l’homme de 42 ans le connaît bien. Car avant d’en prendre la tête – lui qui n’est pas médecin -, Frédéric l’a côtoyé en tant que patient, après avoir vécu vingt-trois ans, et sans le savoir, avec le virus de l’hépatite C. Rencontre.

Dossier : la maladie de Lyme

Dans ce dossier, nous abordons la piqure de tique et la transmission de la bactérie Borrelia, à l’origine de la très médiatisée maladie de Lyme. L’occasion, sur la base de travaux et d’études scientifiques, de démêler le vrai du faux à l’heure où les controverses et fausses informations pullulent sur internet.