A Toulouse, les acteurs du troisième âge s’unissent pour prévenir les effets néfastes du vieillissement

Un parcours de prévention de la dépendance se met en place en Midi-Pyrénées à l'attention des séniors avec pour point de départ le repérage de terrain effectué sur les quatre sites du Centre de Prévention Midi Pyrénées des régimes de retraite Agirc-Arrco (CEDIP) complété par l’évaluation assurée par les spécialistes de l’Hôpital de jour des fragilités et de prévention de la dépendance du CHU de Toulouse.

Un parcours de prévention de la dépendance se met en place en Midi-Pyrénées à l’attention des séniors avec pour point de départ le repérage de terrain effectué  sur les quatre sites du Centre de Prévention Midi Pyrénées des régimes de retraite Agirc-Arrco  (CEDIP) complété par l’évaluation assurée par les spécialistes de l’Hôpital de jour des fragilités et de prévention de la dépendance du CHU de Toulouse. C’est donc à partir d’un bilan médical très précis et complet que les plus de 65 ans vont bénéficier d’un suivi complet et personnalisé.
Une fois identifiée l’origine de leurs faiblesses, un plan de prévention « sur mesure » sera établi en lien avec le médecin traitant. Pour préserver le lien social, les prescriptions prévoient notamment la participation à des ateliers de stimulation physique et/ou mnésique organisés au sein du  CEDIP : ateliers de mémoire, d’éveil des sens,  d’équilibre et de prévention des chutes, de nutrition, activités physiques adaptées (gymnastique d’entretien, QI Gong, Dao Yin Tu Na, Bailong Ball). Officialisé lundi 23 décembre 2013, ce partenariat répond au besoin grandissant de lutte contre la perte d’autonomie fonctionnelle et anticipe la loi de programmation pour l’adaptation de la société au vieillissement.
 
Une orientation réciproque qui respecte les spécificités de chacune des structures
Structure innovante reconnue comme un pôle de référence gériatrique au niveau national et international, le Gérontopôle fait partie intégrante du pôle de gériatrie du CHU de Toulouse. Dirigée par le Professeur Bruno Vellas, cette unité a été missionnée depuis 2007 à quatre reprises par les ministres en charge de la santé et des personnes âgées en vue de développer la recherche clinique et l’accès à l’innovation dans le domaine de la prise en charge et de la prévention de la dépendance des personnes âgées fragiles. Une vocation confirmée par Michèle Delaunay, Ministre déléguée en charge des personnes âgées et de l’autonomie. Fort de ces soutiens, le Gérontopôle, a ouvert en 2011, un hôpital de jour d’évaluation des fragilités et de prévention de la dépendance au sein du CHU de Toulouse. 1 200 séniors ont déjà bénéficié de son check up spécialisé et d’un suivi prolongé.
 
De son côté le CEDIP, centre de prévention Agirc/arrco, identifie les personnes fragiles ou pré fragiles. Après un complément d’exploration par les spécialistes du Gérontopôle, les activités de stimulation recommandées sont mises en œuvre.
Créé en 1987, ce centre de prévention est un lieu ressource pour les retraités et futurs retraités où ils trouvent toute l’information sur le vieillissement cérébral et somatique, ainsi que des conseils pour lutter efficacement contre les possibles effets négatifs de l’avancée en âge.
Il réunit, dans un même lieu, des spécialistes en gérontologie : médecins, psychologues, psychomotriciens, animateurs, susceptibles de les conseiller et de les orienter utilement. Le parcours de prévention proposé par le centre, comprend un bilan médico-psycho-social permettant de mettre en évidence certains facteurs de risque et les atouts individuels. Faisant suite à ce bilan, de nombreuses activités psycho et physico-stimulantes sont organisées au sein du CEDIP. Un projet de vie est proposé au retraité afin de maintenir ses relations sociales, tout en cultivant leurs fonctions cognitives et physiques. Le CEDIP réalise chaque année 2 500 parcours de prévention répartis sur quatre sites : Toulouse (2/3 de l’activité), Montauban, Albi et Castres.

Le CEDIP participe également à de nombreux travaux de recherche pour une connaissance toujours plus précise du « bien vieillir ». Chaque année, une étude nationale est dirigée par les fédérations Agirc et Arrco, donnant lieu à une publication annuelle : « Bien vieillir » en 2009, « Préserver l’équilibre pour prévenir les chutes » en 2010, « Mémoire : de la plainte à l’oubli, repérer pour mieux accompagner » en 2011, « Troubles du sommeil : les repérer et agir » en 2012.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.