Des robots à la pharmacie du CHU de Tours

Le CHU de Tours vient d'inaugurer un système automatisé de délivrance globale des médicaments au sein de l'établissement. Ces équipements de haute technologie sécurisent et centralisent la délivrance des médicaments dans les différents sites de l'établissement. Un pas de plus vers le CHU numérique...
Le CHU de Tours vient d’inaugurer un système automatisé de délivrance globale des médicaments au sein de l’établissement. Ces équipements de haute technologie sécurisent et centralisent la délivrance des médicaments dans les différents sites de l’établissement. Un pas de plus vers le CHU numérique…
La délivrance des solutés et des dispositifs médicaux étant assurée par le logipôle, sur le site de Trousseau, le CHU de Tours a décidé d’étendre ce regroupement aux médicaments et il s’est porté acquéreur d’automates afin d’optimiser les surfaces de stockage au sein des pharmacies. Ce développement s’inscrit dans le cadre de la sécurisation de la prise en charge des patients, avec la mise en place d’équipes dédiées à cette activité, sur un seul plateau technique. Il répond aussi à une volonté forte du pôle de limiter la pénibilité des tâches, dans un secteur qui comprend d’importantes manutentions.
La pharmacie dispose donc désormais de 3 robots dotés chacun de 2 bras articulés et de 2 prologs permettant l’entrée en stock automatique des boîtes dans les robots.

Une dispensation sécurisée

Les boîtes de médicaments sont réceptionnées puis chargées sur les prologs, tapis roulants qui les conduisent devant des lecteurs optiques qui mesurent et identifient chaque boîte grâce à son code datamatrix. Elles sont rangées à l’intérieur des robots par 2 bras articulés en fonction de leur taille et de leur fréquence de sorties. Les boîtes volumineuses ou lourdes (10 % des boites) sont déposées par l’opérateur sur un tapis roulant accessible par la façade du robot puis prises en charge par les bras articulés.

Chaque matin, à 8 heures, les demandes de service sont analysées par un préparateur en pharmacie hospitalière (PPH) puis lancées dans les robots selon le planning défini avec chaque service. Les bras articulés vont chercher les boîtes, qui sont acheminées à l’aide de tapis roulant jusqu’aux bacs identifiés par service. Les opérateurs robot prélèvent, à l’aide d’une liste, les blisters dans les boîtes, lorsque la dotation est inférieure à la quantité de la boîte, puis rentrent la boite en façade en indiquant la quantité restante. Le bac est transmis à la zone hors gabarit stockant les produits trop volumineux pour être gérés par les robots, pour être complété par un PPH. Les bons d’urgence sont analysés au fil de l’eau par un PPH, puis lancés en priorité dans les robots en identifiant une sortie spécifique des boîtes pour les services de Bretonneau et Clocheville, et une sortie directe au guichet de Trousseau.

La mise en place de ces robots permet d’actualiser les organisations, de sécuriser l’activité, un gain de surface, une diminution de la pénibilité des tâches, d’affecter les préparateurs de Bretonneau et Clocheville à des nouvelles activités adaptées à leurs compétences, et de dégager du temps pharmacien pour renforcer l’activité de pharmacie clinique (validation des prescriptions dans les services de soins…). Enfin, l’automatisation permet le développement de la pharmacie clinique, par le redéploiement partiel de moyens. Les trois automates achetés sont adaptés aux besoins actuels et à l’évolution prévisible de l’activité, notamment dans le cadre du groupement hospitalier de territoire.
Les dispensations spécifiques, la traçabilité et le suivi des médicaments coûteux restent assurés par les pharmacies de site.

Chiffres clés 2018 

– 528.000 euros pour 3 robots et 23.300 euros de coût de maintenance annuelle ; – 50.000 boîtes stockées pour une capacité globale de 70.000 boîtes ;- 1.410 médicaments gérés dans le robot (165 médicaments non gérés par le robot);- 2.500 à 5.000 boîtes rangées par jour ;- 1.500 à 1.800 lignes de demandes traitées par jour ;- 2.000 à 5.000 boîtes délivrées par jour ;- 170 à 250 bons d’urgence traités par jour ;

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.