A Tours, les équipes du CHRU ont besoin de jeunes parents pour répondre à un questionnaire

Une équipe de recherche du CHRU de Tours travaille le bien-être des femmes et de leur partenaire après l’accouchement. En effet, même si la naissance est un événement le plus souvent heureux et attendu, il est parfois ressenti comme une expérience psychologiquement traumatisante. L’équipe, dirigée par le Professeur Wissam El-Hage a conçu un questionnaire qui concerne le vécu subjectif de l’accouchement. Les demandes portent sur la première année du post-partum, la présence de soutien social et la relation au nourrisson.

Une équipe de recherche du CHRU de Tours travaille le bien-être des femmes et de leur partenaire après l’accouchement. En effet, même si la naissance est un événement le plus souvent heureux et attendu, il est parfois ressenti comme une expérience psychologiquement traumatisante. L’équipe, dirigée par le Professeur Wissam El-Hage a conçu un questionnaire qui concerne le vécu subjectif de l’accouchement. Les demandes portent sur la première année du post-partum, la présence de soutien social et la relation au nourrisson.
L’objectif des chercheurs est d’élaborer la version française d’une échelle de mesure britannique (The City Birth Trauma Scale – BiTS) qui permet d’évaluer spécifiquement les symptômes du trouble de stress post-traumatique du post-partum.

30 minutes pour la recherche

Cette enquête est destinée aux femmes et aux hommes de plus de 18 ans, concernés par une expérience récente d’un accouchement survenu depuis plus d’un 1 mois et moins d’un an. La participation et la réponse aux questionnaires en ligne est volontaire. L’étude est basée sur des réponses anonymes aux questionnaires en ligne. Aucune information identifiante n’est demandée. Les données obtenues seront traitées avec la plus entière confidentialité à visée scientifique par les responsables scientifiques de l’enquête et leurs collaborateurs. Il s’agit d’une enquête en ligne d’une durée estimée à une trentaine de minutes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.