A Tours, une mission nationale de surveillance des infections associées à l’usage des DM intravasculaires

L’Agence Santé Publique France vient de désigner le Réseau des hygiénistes du Centre-Centre d’appui à la prévention des infections associées aux soins (RHC-CPIAS), dont le siège se situe au CHU de Tours, comme porteur d’une mission nationale de surveillance et prévention des infections associées à l’usage des dispositifs médicaux (DM) intravasculaires (cathéters).
L’Agence Santé Publique France vient de désigner le Réseau des hygiénistes du Centre-Centre d’appui à la prévention des infections associées aux soins (RHC-CPIAS), dont le siège se situe au CHU de Tours, comme porteur d’une mission nationale de surveillance et prévention des infections associées à l’usage des dispositifs médicaux (DM) intravasculaires (cathéters).
« Le Réseau des hygiénistes du Centre-Centre d’appui à la prévention des infections associées aux soins intervient en appui des équipes opérationnelles d’hygiène des établissements de santé publics ou privés, des médecins-co, IDEC et référents hygiène des établissements médico-sociaux, et des directeurs des structures, pour la mise en place de la politique nationale de prévention des infections associées aux soins, explique le Dr Nathalie van der Mee-Marquet, en charge du RHC-CPIAS Centre-Val de Loire (1). Cela consiste à faciliter la détection des épidémies et des bactéries multirésistantes aux antibiotiques, à gérer les alertes en lien avec l’Agence régionale de santé et Santé Publique France, à aider à l’analyse des causes des infections associées aux soins graves pour les 110 établissements de santé et les 340 établissements médico-sociaux de la région, à organiser la formation des professionnels impliqués dans la gestion du risque infectieux associé aux soins, et à être l’interlocuteur privilégié concernant la prévention des infections associées aux soins pour l’ensemble des professionnels de santé de la région. » 

Une mission nationale de prévention

Au niveau national, le programme de prévention des infections associées aux soins (PROPIAS) 2018-2023 présente trois axes prioritaires : le développement de la prévention des infections aux soins tout le long du parcours de santé (hôpital, domicile, ville, EHPAD) et l’information du patient ; la prévention et la maîtrise de l’antibiorésistance et la prévention des infections associées aux dispositifs médicaux invasifs. C’est dans ce cadre que Santé Publique France a créé cinq missions nationales et lancé un appel à projets auprès des CPIAS. Le CHU de Tours / CPIAS Centre-Val de Loire a répondu et vient d’être nommé porteur de la mission nationale portant sur les dispositifs médicaux invasifs.
Comme l’explique le Dr Nathalie Van der Mee : « Nous sommes chargés d’organiser, pour l’ensemble des 17 régions de France, la surveillance et la prévention des infections associées aux dispositifs médicaux invasifs, et en priorité aux cathéters intra-vasculaires utilisés dans les services de réanimation, pour les patients des services d’hémodialyse, auprès des nouveaux-nés, et des patients les plus fragiles. Les actions sont de trois types : la surveillance des infections, l’évaluation par l’organisation d’observations des pratiques et la formation des professionnels à la prévention de la part évitable des infections associées aux dispositifs invasifs. Pour mettre en oeuvre notre programme, nos relais principaux sont les responsables des 17 CPIAS du territoire. Nous les rencontrons actuellement pour leur présenter le programme, organiser le lancement des actions dans chaque région au 1er janvier 2019, et les inviter à rejoindre le groupe technique pilote de la mission
Le programme prévoit de travailler sur un cycle annuel dynamique, commençant par la surveillance des infections et l’observation des pratiques de janvier à avril, pour un partage des résultats analysés et des messages clés lors d’une journée nationale en octobre.
L’équipe en place, basée sur le site Bretonneau sera renforcée pour réaliser cette nouvelle mission, avec le recrutement d’un biostatisticien/data manager, d’un Web développeur/designer, d’un praticien hygiéniste, d’une infirmière et d’une secrétaire.
1- Le CPIAS est une structure financée par l’ARS Centre-Val de Loire, chargée d’être en appui des établissements de santé, des établissements médico-sociaux, des infirmiers et médecins de ville de la région, et plus précisément de tous les professionnels de santé impliqués dans la détection et / ou la gestion du risque infectieux associé aux soins.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.