Ablation de la thyroïde avec assistance robotique : une 1ère à Nîmes

Pour la première fois en France, une équipe de chirurgiens ORL* du CHU de Nîmes a réalisé une ablation totale de la glande thyroïde avec l'assistance d'un robot chirurgical afin d'améliorer les suites opératoires. L'intervention a eu lieu vendredi 25 septembre 2009. La patiente a quitté l'hôpital dès le lendemain de l'opération sans pansement, ni suture.

Pour la première fois en France, une équipe de chirurgiens ORL* du CHU de Nîmes a réalisé une ablation totale de la glande thyroïde avec l’assistance d’un robot chirurgical afin d’améliorer les suites opératoires. L’intervention a eu lieu vendredi 25 septembre 2009. La patiente a quitté l’hôpital dès le lendemain de l’opération sans pansement, ni suture.

Une technique mise au point au CHU de Nîmes
La technique développée par le Dr Benjamin LALLEMANT permet de réaliser la thyroïdectomie par une voie d’abord dissimulée qui comprend 2 mini-incisions de 2 cm situées en regard des clavicules à l’aide du robot chirurgical Da Vinci®.

Plus de 50 000 patients concernés
Environ 6 millions de français présentent des problèmes lies à leur glande thyroïde. Parmi eux 50 000 bénéficient chaque année d’une intervention chirurgicale qui consiste en l’ablation partielle ou totale de la glande. Cette intervention est proposée lorsque des nodules à risque de cancer sont détectés ou en cas d’une hypersécrétion d’hormone. Dans ces indications, le robot chirurgical pourrait bientôt remplacer la chirurgie traditionnelle.

Pourquoi utiliser le robot chirurgical ?
Lors de l’ablation de la thyroïde par une chirurgie traditionnelle des complications surviennent de façon transitoire ou définitive dans 10 à 20% des cas. Elles peuvent être liées à des traumatismes des glandes parathyroïdes ou de nerfs qui commandent les cordes vocales. Le robot chirurgical devrait permettre de limiter la fréquence de ces complications grâce à la précision de ces mouvements et grâce à la vision en 3 dimensions haute définition qu’il apporte. De plus, son utilisation permet de dissimuler et de limiter la taille de la cicatrice.

Une politique de développement et d’évaluation de la chirurgie robotique
Technologie en plein essor, l’assistance robotique chirurgicale est disponible au CHU de Nîmes depuis Mars 2009. La mise au point de nouvelles applications et leur évaluation médico-économique dans le cadre de programmes de recherche est une priorité pour l’ensemble des spécialités qui utilisent le robot Da Vinci ® dont la gynécologie, l’urologie, la chirurgie digestive et l’ORL.

Plusieurs protocoles sont en cours d’élaboration au CHU de Nîmes sur le principe de la comparaison coelioscopie traditionnelle versus robot. Il s’agit de :

– Digestif / obésité morbide / by-pass
– Gynécologie / cancer du col / cancer de l’endomètre / colpohystérectomie
– ORL / thyroïdectomie / cancer du larynx et de l’oropharynx
– Urologie / incontinence urinaire / promoto-fixation du dôme vaginal

Ce sont les premières indications prioritaires ciblées par le CHU de Nîmes en qualité de Promoteur de recherches biomédicales multicentriques.

Le robot chirurgical Da Vinci® S-HD
Le modèle acquis par le CHU est une nouvelle génération qui fourni des images en en 3D et en haute définition.
Le chirurgien peut effectuer des micro-gestes d’une très grande précision, grâce à ses 3 bras articulés qui portent à leur extrémité des instruments chirurgicaux très fins (de 5 à 8 mm de diamètre). Ces bras peuvent réaliser des mouvements à 180 degrés, ce q’un poignet humain ne peut pas faire.
Le chirurgien bénéficie d’une vision grossie jusqu’à 20 fois.

A ce jour, plus de 50 interventions ont été réalisées en quelques semaines à l’aide du robot chirurgical Da Vinci® au CHU de Nîmes. Par spécialité, on peut citer :
• En Chirurgie digestive : exérèse tumeur de l’estomac, du colon, pose d’anneau gastrique, …
• En Gynécologie : hystérectomie, déligature de trompes, myomectomie, …
• En ORL : laryngectomie partielle, pharyngectomie, thyroïdectomie, …
• En Urologie : prostatectomie, promonto-fixation, …

*Le Dr Benjamin Lallemant est le 1er en France à avoir réalisé une chirurgie de la thyroïde et le premier au monde par la voie d’abord sous claviculaire mini-invasive qu’il a mise au point.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Panneau photovoltaïque

Le CHU durable, ou la nécessité de se tourner vert l’avenir

Installation de panneaux photovoltaïques, réduction des déchets, plan d’actions quinquennal etc. Comme d’autres établissements en France, et dans une période de nécessaire appropriation de solutions durables, le CHU de Clermont-Ferrand a pris le train en marche de l’éco-responsabilité. Si beaucoup reste à faire, quelques initiatives sont déjà à mettre à son crédit.

Chirurgie de l’obésité : une nouvelle expérimentation pour accompagner les patients aux HCL

Le Centre Intégré de l’Obésité des Hospices Civils de Lyon et la clinique Les Lilas Bleus participent, aux côtés des CHU de Toulouse et de Lille, à la mise en œuvre de l’expérimentation Article 51 national « Baria-Up », pour une durée de cinq ans. Ce premier parcours d’accompagnement de longue durée pour la chirurgie de l’obésité a accueilli en février ses deux premiers patients.