Abou et Howie, «chiens-soignants» à l’hôpital

Depuis quelques mois, l'établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du CHU de Nantes, la Seilleraye accueille à temps partiel deux nouveaux résidents : Howie et Abou. Leur particularité ? Ce sont des chiens. Leur présence a changé le quotidien des résidents et des professionnels et transformé les soins...

Depuis quelques mois, l’établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du CHU de Nantes, la Seilleraye accueille à temps partiel deux nouveaux résidents : Howie et Abou. Leur particularité ? Ce sont des chiens. Leur présence a changé le quotidien des résidents et des professionnels et transformé les soins…
Le premier, à l’école chez Xavier Couteau, cadre de santé, se prépare à l’exercice du métier de chien guide d’aveugle. Depuis l’âge de trois mois et jusqu’à son premier anniversaire, ce labrador vit au domicile du cadre de santé et l’accompagne sur son lieu de travail : le 3e étage de l’Ehpad. 

Immédiatement adopté par les résidents, le gentil toutou assure fidèlement les tâches qui lui sont assignées : participer de la stimulation de certains patients à la marche, par exemple, donnant ainsi un but à la promenade en même temps qu’un sentiment d’utilité, de responsabilité. Ou encore se faire masser, brosser, pour exercer la dextérité des personnes âgées. Ou tout simplement assurer une présence rassurante et calmante auprès de patients angoissés.

Au premier étage, c’est Abou, le chien de Lauranne Renaux, aide-soignante, qui tient compagnie aux personnes âgées. Présent dans le service en même temps que sa maîtresse, il amuse, divertit, se fait promener, caresser, brosser, est un sujet de préoccupation commun qui favorise les relations entre les personnes, lesquelles rivalisent d’attentions pour lui. Trois dames ont même repris le tricot pour lui confectionner une couverture !

Gardiens vigilants, Abou et Howie donnent l’alerte en cas de chute par exemple. Médiateurs, ils se prêtent volontiers aux activités des membres des ateliers de stimulation motrice et mémoire. Leur emploi du temps et les modalités de leur présence ont été soigneusement étudiés pour qu’ils ne soient pas seulement des compagnons mais apportent un véritable plus aux résidents et aux professionnels. Comme tout travailleur, ils ont même droit à des temps de pause.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.