Accès aux soins hospitaliers des personnes handicapées

Avec le soutien des associations de patients, le Centre Hospitalier Universitaire de Nancy a créé un groupe de réflexion autour de l'accès aux soins hospitaliers de personnes atteintes d'un handicap moteur ou sensoriel. Si les personnes en situation de handicap représentent 10% environ de la population française (soit 6 millions d'individus), elles fréquentent l'hôpital plus souvent que les personnes valides. L'adaptation de l'hôpital public à une meilleure qualité d'accueil des personnes handicapées est désormais une priorité.

Avec le soutien des associations de patients, le Centre Hospitalier Universitaire de Nancy a créé un groupe de réflexion autour de l’accès aux soins hospitaliers de personnes atteintes d’un handicap moteur ou sensoriel. Si les personnes en situation de handicap représentent 10% environ de la population française (soit 6 millions d’individus), elles fréquentent l’hôpital plus souvent que les personnes valides. L’adaptation de l’hôpital public à une meilleure qualité d’accueil des personnes handicapées est désormais une priorité.

Le groupe de travail, composé d’une quinzaine de membres et animé par Patrick Remy, coordonnateur général des soins a débuté ses travaux en 2007. Il réunit des professionnels de santé, des ingénieurs, un interprète en langue des signes et des membres d’associations dont certains sont eux-mêmes handicapés. La lecture croisée des expériences de chacun a permis de constater que le problème du handicap à l’hôpital n’est pas tant architectural et technique (accessibilité : domaine dans lequel le CHU de Nancy a fait de nombreux efforts) qu’organisationnel.

Pragmatique et concret, le groupe a présenté trois préconisations qui devraient être mises en place courant 2008.

Un site Internet adapté

Le site www.chu-nancy.fr proposera des rubriques spécifiquement dédiées aux personnes en situation de handicap. Clairement identifiables et lisibles, des informations aviseront la personne handicapée sur les démarches à suivre pour les consultations ou les hospitalisations. De la même façon, des rubriques lui permettront d’anticiper son hospitalisation (organisation matérielle) ou de localiser géographiquement des places de parking réservées. Une version papier de toutes ces informations sera également disponible dans la prochaine réédition du livret d’accueil. Ces informations pourront être également diffusées à partir de la plateforme d’accueil téléphonique.

Des consultations anticipées

Au moment de la prise de rendez-vous pour une consultation, le patient, après avoir fait état de son handicap, recevra du bureau des entrées tous les formulaires administratifs simplifiés. Objectif : supprimer les procédures d’admission à l’hôpital et anticiper la constitution du dossier de patient tout en préservant son autonomie.

Une hospitalisation personnalisée

Une fois son lieu d’hospitalisation connu, le patient handicapé pourra contacter par téléphone le cadre de santé du service où il sera accueilli. Ensemble, ils listeront ses attentes en terme de personnel et de matériel de façon à adapter l’offre de l’hôpital à ses besoins.

Pour aller au bout de sa démarche d’amélioration des prestations aux personnes handicapées, le CHU de Nancy s’engagera dans les mois à venir sur une nouvelle réflexion autour du rôle que pourraient jouer les aidants durant le séjour à l’hôpital de ces patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.