Accident d’un autocar marocain dans les Landes

Lundi matin 2 juin 2003, survient un accident d'autocar sur la RN 10. Alerté, le SAMU de Bordeaux dépêche quatre équipes sur les lieux. En compagnie des autres SMUR, elles participent à la prise en charge des blessés sur le site et à l'installation d'un poste médical avancé à Liposthey.

Lundi matin 2 juin 2003 survient un accident d’autocar sur la RN 10. Alerté, le SAMU de Bordeaux dépêche quatre équipes sur les lieux. En compagnie des autres SMUR, elles participent à la prise en charge des blessés sur le site et à l’installation d’un poste médical avancé à Liposthey.

La répartition des 60 blessés s’est faite entre les hôpitaux de la région, les blessés les plus lourds ont été transférés au Groupe Hospitalier Pellegrin-CHU de Bordeaux.

Le service des urgences et l’ensemble des unités d’hospitalisation concernées ont procédé immédiatement au dégagement des places nécessaires à l’accueil de ces patients, ainsi qu’à la mise à disposition des blocs opératoires.

A 11 heures, trois patients graves étaient arrivés au service de réanimation des urgences (deux par hélicoptère, un par transport terrestre), quatre autres blessés lourds sont attendus.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.