Accident sur la N10 : disponibilité et professionnalisme des acteurs

La Direction du CHU de Poitiers dresse le bilan des victimes, rappelle l'importante mobilisation des équipes du SAMU et de tous les services mis à contribution dans le cadre du "Plan blanc"*. Enfin elle remercie vivement tous les intervenants pour leur disponibilité et leur professionnalisme face à cette situation exceptionnelle.

La Direction du CHU de Poitiers dresse le bilan des victimes, rappelle l’importante mobilisation des équipes du SAMU et de tous les services mis à contribution dans le cadre du « Plan blanc »*. Enfin elle remercie vivement tous les intervenants pour leur disponibilité et leur professionnalisme face à cette situation exceptionnelle.

Le tragique accident survenu le mardi 22 juin, sur la Nationale 10 à hauteur de la commune de Ligugé, a amené le Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers à déclencher un « plan blanc »*.

La supervision du « plan blanc » a été confiée à Jean-Pierre Leroy, directeur adjoint, à Jean-René Martin, Directeur de soins, au professeur Bertrand Debaene, coordonnateur médical et chef du service d’Anesthésie-Réanimation, ainsi qu’au docteur Danièle Baudier, directrice technique du SAMU-SMUR Centre 15.

Neuf équipages relevant du SAMU-SMUR de la Vienne sont intervenus sur place, au même titre que deux équipages du SAMU de la Charente et un équipage du SAMU des Deux-Sèvres. Trois rotations par hélicoptère ont également été nécessaires pour transporter des blessés.

Onze personnes sont décédées au moment du choc et trente-neuf ont été prises en charge médicalement par le CHU de Poitiers. Le 30 juin, 13 voyageurs étaient encore hospitalisées.

Les opérations se sont déroulées en étroite liaison avec le Directeur de Cabinet du Préfet de Région et avec la participation du Directeur de l’Agence régionale de l’hospitalisation. La mobilisation de tous les professionnels de l’établissement, sur appel des services ou spontanément, a permis de faire face aux besoins et de gérer les conséquences de cette catastrophe.

La Direction du CHU de Poitiers remercie vivement les personnels de l’établissement pour leur disponibilité et leur professionnalisme face à cette situation exceptionnelle, ainsi que ceux et celles qui ont apporté ou proposé leur soutien pour garantir le bon déroulement de l’opération :
– Les équipes du SAMU-SMUR Centre 15
– Tous les personnels des services d’urgences, de soins et des blocs opératoires du CHU de Poitiers : médecins, chirurgiens, anesthésistes, infirmier(e)s, infirmier(e)s spécialisé(e)s, aides-soignant(e)s, agents hospitaliers, brancardiers?
– L’équipe de l’Unité d’Accueil Médico-Psychologique, détachée au CHU de Poitiers d’une manière permanente par le Centre Hospitalier Henri Laborit
– Les médecins légistes et le personnel du laboratoire d’Anatomie et Cytologie pathologiques et de la Chambre mortuaire
– Le personnel des services médico-techniques (imagerie, laboratoires?)
– Le personnel de la Pharmacie et de la Stérilisation centrale
– Le personnel du service Sécurité
– Le personnel des services techniques et logistiques (pour les liaisons de communications, les transports, la restauration et l’intendance)
– Le personnel de l’accueil et du standard téléphonique
– Le personnel des services administratifs et de l’Institut de Formation en Soins Infirmiers

Ainsi que :
– Les équipes du SAMU-SMUR de Niort (79), d’Angoulême (16), ainsi que du SMUR de Ruffec (16)
– Les sociétés de transports sanitaires privés : Ambulance 2000, Aux 2B, Champigny, Poitiers Ambulance, Vienne Assistance
– Le Service départemental d’Incendie et de Secours de la Vienne
– Les médecins libéraux de la régulation de la permanence des soins
– Les équipes de la Croix Rouge
– Les médecins et infirmiers du Centre Hospitalier Henri Laborit venus renforcer l’équipe de l’Unité d’Accueil Médico-Psychologique
– Les interprètes
– Le Cabinet du Préfet de Région, le Procureur de la République, les services de justice et de police
– Les représentants des Consulats et des Ambassades de Belgique et du Maroc en France
– Les membres de la communauté poitevine d’origine nord-africaine
– Les représentants de la Fondation Mohamed V

La Direction remercie également tous les personnels de l’établissement qui, en dehors du « plan blanc », ont assuré le fonctionnement courant des services pour garantir l’accueil et la prise en charge des patients admis par ailleurs.

Enfin, la Direction adresse ses remerciements aux journalistes de la presse écrite et audiovisuelle pour leur discrétion dans l’établissement et leur respect à l’égard des patients et de leurs proches, ainsi que du personnel.

*Le « plan blanc » est un dispositif hospitalier qui définit les procédures d’intervention des secours et de mobilisation des moyens pour faire face à un afflux important de victimes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.