Accord local relatif à l’ARTT

Vendredi 11 janvier 2002, l'accord local relatif à la mise en oeuvre des 35 H a été signé par la Direction Générale du CHU d'Amiens et la Présidence de la Commission Médicale d'Etablissement avec trois des quatre organisations syndicales représentatives du personnel.

Cet accord majoritaire, conclu avec les syndicats CFDT, FO et UNSA, s’appuie sur une réorganisation profonde des tâches et du temps de travail à l’hôpital, permettant de réelles avancées au bénéfice du personnel pour de meilleurs soins aux malades :

· Moins de temps passé à l’hôpital et plus de temps libre tout au long de l’année ;

· Une meilleure prévisibilité et donc une plus grande maîtrise des rythmes de travail pour tous ;

· Une plus grande souplesse des horaires et une plus grande liberté de choix des agents, dans le respect des exigences de continuité du service public et avec le souci constant de la qualité du service rendu aux usagers ;

· Une affectation concertée des nouveaux emplois créés.

Grâce à la richesse des débats et à la contribution positive des organisations syndicales signataires, cet accord ambitieux constitue une avancée sociale fondamentale, qui sera demain synonyme de meilleure adéquation entre vie personnelle et vie professionnelle.

Accord local relatif à l’aménagement ET la réduction du temps de travail au CHU d’Amiens

La mise en oeuvre du dispositif d’aménagement et de réduction du temps de travail au CHU d’Amiens doit assurer le maintien de la qualité du service rendu en même temps qu’elle doit conduire les agents au bénéfice de plus de temps libre et permettre une meilleure combinaison entre vie personnelle et vie professionnelle.

La réalisation de ce double objectif nécessite de favoriser tout au long du processus une démarche qui permette la participation et l’implication des agents. L’encadrement veillera donc à les y associer le plus largement possible, que ce soit dans la recherche des organisations permettant la mise en place de la réduction du temps de travail ou dans leurs modalités de mise en oeuvre.

En contrepartie de la réduction du volume horaire, le CHU d’Amiens bénéficie de moyens compensateurs exprimés en nombre d’emplois valorisés, dont le montant est contingent aux critères définis par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation de Picardie en concertation avec les organisations syndicales signataires du protocole d’accord du 27 septembre 2001 relatif à la réduction du temps de travail dans la fonction publique hospitalière, et notamment à la qualité des négociations et accords locaux.

Les moyens compensateurs sont calculés au prorata de ces critères par référence au montant de l’enveloppe régionale fixée pour l’ensemble du champ sanitaire, unités de soins de longue durée comprises. Ils seront affectés en priorité aux fonctions conditionnant directement l’environnement du malade compte tenu de la charge réelle de travail, après négociation avec les organisations syndicales signataires du présent accord.

Dans le cadre des recrutements sur emplois compensateurs, une attention toute particulière sera portée aux personnels de l’établissement en situation d’emploi précaire (CDD, CEC, CES, emplois jeunes).

L’aménagement du temps de travail permet parallèlement d’adapter l’organisation du travail au rythme de l’activité quotidienne et de préserver la qualité du service nonobstant la réduction du temps travaillé, en même temps qu’il autorise une plus grande liberté des agents dans la gestion de leur temps de travail.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Première greffe française de larynx : récit d’une performance lyonnaise

Pour la première fois en France, un larynx a été greffé sur une femme les 2 et 3 septembre dernier. Deux mois et demi après cette opération spectaculaire qui a mobilisé douze chirurgiens issus des Hospices Civils de Lyon et autres CHU français durant vingt-sept heures, le CHU lyonnais communique sur le sujet. Quant à la patiente âgée de 49 ans, elle pourrait retrouver durablement l’usage de la parole vingt ans après l’avoir perdue.

Etudes de Médecine : Romuald Blancard ou l’un des visages de l’ouverture du 2e cycle à la Réunion

Depuis septembre, il fait partie de la première promotion d’étudiants en médecine de quatrième année de La Réunion. Pour Réseau CHU, Romuald Blancard a accepté de nous parler de l’ouverture du deuxième cycle des études médicales sur son île, mais pas seulement. Son parcours atypique, son stage en psychiatrie, ses rêves jamais trop grands etc. ont été abordés dans les locaux du nouveau campus bioclimatique de Sainte-Terre. Sans langue de bois.

Le CHU de La Réunion a pris la vague rose

La seizième édition de la Run Odysséa Réunion s’est tenue les 4 et 5 novembre sur le site de l’Étang-salé, dans l’ouest de la Réunion, et ce malgré une météo capricieuse qui a bien failli compromettre l’opération. 275 000 euros ont été récoltés. Un succès auquel est associé le CHU de la Réunion, partenaire pour la première fois cette année, et dont le baptême de l’eau a été placé sous le signe de la prévention. Reportage.

A Nancy, l’Infiny au service des MICI

En juin 2021, l’Agence nationale de la recherche annonçait le financement de douze nouveaux Instituts hospitalo-universitaires, montant ainsi le nombre d’IHU à dix-neuf avec l’ambition de faire de la France la première nation souveraine en matière de santé à l’échelle européenne. Sur ces douze nouveaux établissements, deux d’entre eux ont obtenu, en raison de “intérêt de santé publique majeur” qu’ils présentaient, le label “IHU émergent ».” C’est notamment le cas de l’IHU INFINY du CHRU de Nancy, officiellement lancé le 7 septembre dernier, et spécialisé dans la prise en charge des MICI.