Accueil et communication : les futurs infirmiers apprennent la langue des signes

Accueillir et communiquer avec les patients sourds et malentendants : c’est l’ambition de l’unité d’enseignement facultative de Langue Signée Française (LSF) proposée aux étudiants de l’Institut en Soins Infirmiers (IFSI) du CHRU de Nancy. Élaborée en partenariat avec le pôle pédagogique de l’Institut des Sourds de la Malgrange, la formation s’attache à donner aux futurs soignants volontaires les clés qui leur permettront d’interagir efficacement avec les patients sourds et améliorer ainsi leur prise en charge à l’hôpital.

Accueillir et communiquer avec les patients sourds et malentendants : c’est l’ambition de l’unité d’enseignement facultative de Langue Signée Française (LSF) proposée aux étudiants de l’Institut en Soins Infirmiers (IFSI) du CHRU de Nancy. Élaborée en partenariat avec le pôle pédagogique de l’Institut des Sourds de la Malgrange, la formation s’attache à donner aux futurs soignants volontaires les clés qui leur permettront d’interagir efficacement avec les patients sourds et améliorer ainsi leur prise en charge à l’hôpital.
La formation basée sur le volontariat des étudiants s’articule autour :
– de l’éthique : pour que la présence d’un interprète ne soit pas un frein à la relation soignant / soigné liée aux notions de confidentialité, d’exactitude de l’information et de confiance,
– de la santé publique : pour l’adaptation des messages de prévention santé aux publics dédiés et l’organisation d’actions pour les faire passer,
– du social : pour l’amélioration de l’accès aux soins de ces publics en tenant compte de leurs besoins et de leurs attentes spécifiques. 

Initiée au CHRU de Nancy dès 2005 à l’IFSI Lionnois, sa mise en place à l’IFSI Brabois est en cours de réflexion. La formation, basée sur 10 heures d’enseignement par an, peut être suivie durant les 3 années d’études des futurs infirmiers qui n’ont qu’une seule obligation : avoir suivi le premier niveau pour accéder au niveau suivant. 
Une pédagogie progressive
– En première année, les étudiants apprennent les rudiments du langage signé et à analyser les problématiques de communication liées à la surdité,
– En deuxième année, le vocabulaire s’enrichit et les étudiants s’entraînent à gérer des situations professionnelles concrètes : prise de rendez-vous, questions de santé de base, demande du carnet de santé, etc. C’est apprendre également à adapter sa communication écrite par des phrases courtes et ciblées.
– Enfin, dans le dernier module, les futurs infirmiers sont placés dans une situation réelle et interagissent avec une population sourde. Règle d’or à appliquer : avoir en tête le sens de ce que l’on veut faire passer avant de démarrer l’échange signé, pour toujours aller à l’essentiel.

Chaque promotion est constituée d’un groupe d’une vingtaine de personnes maximum, pour favoriser l’interactivité avec les formateurs. Les méthodes pédagogiques utilisées : la dactylologie (dessins  associés aux lettres et     aux expressions du langage des signes décrivant le positionnement des doigts et des mains), des vidéos et d’autres supports texte et images. Les formateurs expliquent l’importance des expressions du visage et du langage corporel dans l’échange avec la personne sourde. Et encore davantage que pour n’importe quelle langue étrangère, la nécessité de pratiquer régulièrement la LSF pour ne pas perdre ses acquis.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.