Acouphènes, vertiges : le nouvel institut otoneurochirurgical du CHU de Reims, une innovation en matière d’organisation

L’union des équipes d’ORL et de neurochirurgie vient de donner naissance au premier institut otoneurochirurgical de France, une 1ère . Imaginé par le Professeur André Chays, chirurgien ORL et le Docteur Arnaud Bazin, neurochirurgien, l'institut a pour ambition d’accroître la lisibilité des parcours de patients traités pour une hypoacousie ou une surdité unilatérale, des acouphènes, des vertiges ou troubles de l’équilibre, ou porteurs de pathologies tumorales. En plus du soin, le centre remplit les missions universitaires de développement de projets de recherche et d’enseignement.

L’union des équipes d’ORL et de neurochirurgie vient de donner naissance au premier institut otoneurochirurgical de France, une 1ère . Imaginé par le Professeur André Chays, chirurgien ORL et le Docteur Arnaud Bazin, neurochirurgien, l’institut a pour ambition d’accroître la lisibilité des parcours de patients traités pour une hypoacousie ou une surdité unilatérale, des acouphènes, des vertiges ou troubles de l’équilibre, ou porteurs de pathologies tumorales. En plus du soin, le centre remplit les missions universitaires de développement de projets de recherche et d’enseignement.
L’otoneurochirurgie est une « surspécialité chirurgicale » qui soigne les pathologies du rocher, de l’angle ponto-cérébelleux et de la base latérale du crâne. Très tôt, dès 2003, les spécialistes d’ORL et de neurochirurgie ont souhaité se rapprocher : la collaboration très entre ces experts aux compétences complémentaires a débouché sur la constitution d’un pôle d’excellence sur le territoire de Champagne-Ardenne et au niveau national. Cette année, l’équipe a franchi une nouvelle étape en créant l’institut otoneurochirurgical sur une idée du Professeur André Chays, alors chef du service d’ORL, et du Docteur Arnaud Bazin, alors chef du service de Neurochirurgie.

Un institut d’excellence au service du patient

Ouvert en septembre 2018, l’Institut otoneurochirurgical apporte un vrai plus en matière d’accueil, d’orientation et de lisibilité des parcours pour les patients, en particulier extrarégionaux. A cette fin, des solutions concrètes ont été déployées comme l’ouverture d’une ligne téléphonique dédiée et l’élaboration d’un protocole inter-services exigeant qui associe l’ensemble des professionnels intervenant dans la prise en charge (chirurgie, explorations fonctionnelles, radiothérapie, rééducation vestibulaire…).
Le bénéfice patient
Lorsqu’un patient est orienté vers l’institut, sa première consultation d’ORL ou de Neurochirurgie, est complétée par un ensemble d’examens complémentaires. Au vu des résultats, une analyse pluridisciplinaire ptoneurochirurgicale est effectuée pour définir la prise en charge. A compter de cet instant, une infirmière assure la coordination de l’ensemble de ses rendez-vous avec les spécialistes, de la réalisation d’examens d’imagerie à l’éventuelle intervention chirurgicale. A l’issue de la chirurgie, les soins de rééducation vestibulaire sont assurés et la surveillance clinique organisée.
Des perspectives de recherche majeures
La recherche, fondamentale ou clinique, fait partie intégrante de l’Institut. La recherche fondamentale est menée en collaboration avec l’unité INSERM 1051 de Montpellier : mondialement connue, cette unité est en pointe sur les questions de l’audition avec pour référents les Docteur Xavier Dubernard, chirurgien ORL, et le Docteur Jean-Charles Kleiber, Neurochirurgien. Des recherches sont également conduites sur les vertiges et les explorations électrophysiologiques.
Une opportunité de transmettre les savoirs
L’institut assure naturellement des missions d’enseignement, venant soutenir les formations dispensées à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, en matière de prise en charge des vertiges, d’anatomie chirurgicale otoneurologique et de rééducation vestibulaire sous forme, entre autres, de diplômes d’Université. « Transmettre le savoir, c’est aussi assurer la relève » le relais est désormais entre les mains des Docteurs Dubernard en ORL et Kleiber en Neurochirurgie.
______
(1) Professeur André Chays
chirurgien ORL, le Professeur André Chays a assuré les fonctions de chef du service d’ORL et chirurgie maxillo-faciale du CHU de Reims de 2002 à 2016. Il est actuellement membre titulaire de l’Académie Nationale de Médecine.
(2) Docteur Arnaud Bazin,
neurochirurgien, et médecin urgentiste, le Docteur Arnaud Bazin exerce dans le service de Neurochirurgie de Reims depuis 35 ans, et a été chef de service pendant cinq ans.
(3) Docteur Xavier Dubernard,
chirurgien ORL et Cervico Facial, le Docteur Dubernard exerce depuis 2011 dans le service d’ORL et de chirurgie maxillo-faciale du CHU de Reims. Il y développe des compétences spécifiques dans la chirurgie otologique et de la base latérale du crâne (otoneurochirurgie).
(4) Docteur Jean-Charles Kleiber, neurochirurgien, le Docteur Jean-Charles KLEIBER exerce dans le service de Neurochirurgie du CHU de Reims depuis 2011 et se surspécialise dans la prise en charge des pathologies de l’angle ponto-cérébelleux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.