Acquisition d’un fibroscan

Le Centre hospitalier universitaire de Limoges a acquis un fibroscan le 1er mars 2006. Cet appareil a pour but d'évaluer de façon non invasive le degré de fibrose du foie. Localisé au CHU dans le service de médecine interne de l'hôpital Dupuytren, le fibroscan est une technologie d'innovation diagnostique dont seuls quinze hôpitaux (principalement des CHU) ont le privilège de disposer aujourd'hui en France.

Le Centre hospitalier universitaire de Limoges a acquis un fibroscan le 1er mars 2006. Cet appareil a pour but d’évaluer de façon non invasive le degré de fibrose du foie. Localisé au CHU dans le service de médecine interne de l’hôpital Dupuytren, le fibroscan est une technologie d’innovation diagnostique dont seuls quinze hôpitaux (principalement des CHU) ont le privilège de disposer aujourd’hui en France.

La fibrose hépatique est la troisième cause de mortalité en France par cirrhose ou cancer du foie. Son évaluation est d’un intérêt majeur et constitue un problème de santé publique.
La technique de référence pour l’évaluation de la fibrose est la biopsie hépatique. Elle nécessite une hospitalisation, s’avère coûteuse et l’incidence de la mortalité liée à ce geste peut aller jusqu’à 0,05 %. D’autres techniques sont actuellement développées : le fibroscan fait partie de celles-ci.

Le fibroscan ou élastométrie est une technique non invasive, comparable à une échographie, indolore, rapide et objective qui permet de quantifier la fibrose. C’est une technique d’élastographie à une dimension qui utilise à la fois les ultrasons (5 MHz) et les ondes élastiques de basse fréquence (50Hz). Elle mesure la vitesse de propagation de l’onde sur 4 cm à travers le foie. Le volume exploré du foie correspond à 1/500ème contre 1/50 000ème pour la biopsie hépatique. Plus le foie est fibreux, plus la vitesse de propagation de l’onde est rapide. La mesure obtenue correspond à l’élasticité.
En pratique, cette mesure ne nécessite pas de jeûne, la durée est inférieure à 5 minutes.
Le fibroscan, qui représente un investissement de 70 000 euros répond aux besoins des malades hospitalisés au CHU mais aussi aux demandes extérieures : médecins généralistes ou spécialistes de ville, ou autres hôpitaux ne disposant pas de cet l’appareil.

Des tests biologiques ont aussi été développés et l’association du fibroscan avec un test biologique de fibrose pourra éviter la biopsie hépatique dans la majorité des cas.

Les patients qui présentent des hépatites virales B et C (actuellement d’environ 1950 patients) constituent la première indication pour le fibroscan, mais d’autres indications vont être développées : personne en surpoids, diabétiques dyslipidémiques, ou hypertendues qui ont développé une stéatose ou « foie gras » avec inflammation, patients présentant d’autres causes d’hépatites chroniques et devant nécessiter un suivi régulier de leur fibrose , patients fragiles présentant par exemple des troubles de la coagulation , insuffisants rénaux, hémophiles, patients sous anticoagulant…
Le fibroscan sera donc profitable à de multiples disciplines en routine. Deux projets de recherche clinique sont déjà prévus par ailleurs, un national et un régional initié à Limoges.

Pour tous renseignements, rendez-vous ou autre concernant le fibroscan, contacter la fédération des hépatites (hôpital Dupuytren) au 05 55 05 66 84 ou 05 55 05 66 87.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.