Acquisition d’un robot chirurgical

Le robot Da Vinci S commercialisé par la société Intuitive Surgical Inc est une plate forme robotique sophistiquée conçue pour permettre des interventions chirurgicales complexes avec une approche mini-invasive.

Le robot Da Vinci S commercialisé par la société Intuitive Surgical Inc est une plate forme robotique sophistiquée conçue pour permettre des interventions chirurgicales complexes avec une approche mini-invasive.

Il est composé d’une console de chirurgien, d’un système vidéo haute performance et d’un chariot à quatre bras robotiques plus mobiles et plus maniables – avec une rotation de mouvement de 360° – que sur le robot standard.

Plus compact, il peut rentrer dans toutes les salles d’opération du Nouvel Hôpital Civil.

Il est également doté de logiciels de navigation 3D plus performants permettant une présence simultanée à l’écran de l’image en temps réel de l’opération, de clichés extraits du dossier du patient et d’une reconstruction vidéo 3D de l’organe opéré. L’acte chirurgical est guidé par l’introduction d’une caméra sans avoir recours à l’ouverture de l’abdomen ou du thorax. La précision supérieure à celle de la main apporte au patient moins de douleurs postopératoires, moins de saignements, moins de risques de complication et une hospitalisation plus courte.

Installé dans le pavillon de chirurgie A (Hôpital Civil), le robot chirurgical a une vocation multidisciplinaire. Huit services des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg sont particulièrement concernés par l’utilisation du robot : la chirurgie urologique, digestive, vasculaire et gynécologique.

L’investissement s’élève à 1,6 millions d’euros et son coût de maintenance revient à 150 000 euros.
Sur la base d’une centaine d’opérations par an, le coût du fonctionnement du robot est estimé à 600 000 euros, maintenance et amortissement compris.

Il existe huit robots de type Da Vinci en France mais le modèle S est unique en France. Et il n’en existe que 3 dans le monde, hors USA.

Exemplarité de la démarche
Un contrat a été signé entre chaque équipe utilisatrice de chirurgie et la Direction Générale dans l’objectif de compenser le coût de fonctionnement par les économies réalisées par chaque service.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.