Activité en hausse, compte à l’équilibre, le CHR se prépare à devenir CHU en 2012

Avec une croissance d’activité de 2,5% et des comptes équilibrés voire même excédentaires (+1,5 million d’euros), le CHR de la Réunion- qui deviendra CHU en 2012 – a réalisé un rétablissement spectaculaire. En déficit de près de 20 millions d’euros voici 3 ans, il affiche aujourd’hui une bonne santé financière à faire pâlir d’envie certains établissements de la métropole ! Une performance que Michel Calmon, directeur général, porte à l’actif de l’ensemble des équipes médicales et soignantes, mais également des services administratifs, techniques, logistiques « qui se sont mobilisés pour améliorer et diversifier les prestations offertes à la population en ayant le souci du bon usage des deniers publics ». Ainsi, la chirurgie ambulatoire enregistre une progression spectaculaire sur le site de Félix Guyon (+121 %) et (+ 33%) pour le groupe Hospitalier Sud Réunion. En hausse également le nombre de consultations externes (+ 6 %) sur le site Sud Réunion (GHSR) et (+ 3 %) pour Félix Guyon (CHFG).

Avec une croissance d’activité de 2,5% et des comptes équilibrés voire même excédentaires (+1,5 million d’euros), le CHR de la Réunion- qui deviendra CHU en 2012 – a réalisé un rétablissement spectaculaire. En déficit de près de 20 millions d’euros voici 3 ans,  il affiche aujourd’hui une bonne santé financière à faire pâlir d’envie certains établissements de la métropole ! Une performance que Michel Calmon, directeur général, porte à l’actif de l’ensemble des équipes médicales et soignantes, mais également des services administratifs, techniques, logistiques « qui se sont mobilisés pour améliorer et diversifier les prestations offertes à la population en ayant le souci du bon usage des deniers publics ». Ainsi, la chirurgie ambulatoire enregistre une progression spectaculaire sur le site de Félix Guyon (+121 %) et (+ 33%) pour le groupe Hospitalier Sud Réunion. En hausse également le nombre de consultations externes (+ 6 %) sur le site Sud Réunion (GHSR) et (+ 3 %) pour Félix Guyon (CHFG).

Des projets de grande ampleur ont mobilisé chaque jour les équipes galvanisées par la perspective de devenir un CHU. Au Centre Hospitalier Félix Guyon, les importants travaux de rénovation ont pris fin avec l’ouverture de l’Atrium – vaste hall d’accueil et d’exposition, lieu de passage privilégié des patients et visiteurs ; et au GHSR, le Pôle Femme Mère Enfant sera livré dans quelques mois. De nouvelles activités ont vu le jour comme la procréation médicalement assistée, l’unité de prise en charge du pied diabétique, l’hôpital de jour gériatrique…

Pour faire émerger une politique de recherche le futur CHU a défini des thématiques académiques en lien avec la problématique régionale de santé : maladies métaboliques, infectieuses, génétique et périnatalité. En recherche industrielle, 4 thèmes se dégagent : le diabète et ses complications, la pneumologie, l’hémato-oncologie et la cardiologie. Le CHR a développé sur ce champ une véritable expertise en matière de soutien méthodologique et monitoring d’études qu’il peut mettre à disposition d’équipes et chercheurs.

Actuellement le CHR est promoteur  de 13 études dont 8 programmes hospitaliers de recherche clinique. Il est associé à 33 études et mène 16 essais cliniques dont la moitié avec des laboratoires pharmaceutiques. Pour conforter sa dimension recherche, le futur CHU envisage la construction d’un bâtiment recherche (bâtiment érigé sur 2 niveaux d’une surface utile de 1100m2 dont les travaux d’une durée de 13 mois vont démarrer en mars 2012) la création d’une tumorothèque régionale et d’une délégation à la recherche clinique et à l’innovation (DRCI)…

Chiffres clés du CHR

CHR de La Réunion bénéficie en 2010 d’une augmentation de son activité aussi bien en hospitalisation qu’en consultations externes.

Hospitalisations : 80 700 séjours

CHFG : 38 926 séjours (+2,6% par rapport à 2009)

GHSR : 41 774 séjours (+2,5% par rapport à 2009)

Les consultations externes ont également continué à augmenter : 297 000 actes qui se répartissent comme suit :

CHFG : 122 000

GHSR : 175 000

Les passages aux urgences (99 000) ont légèrement diminué en 2010, en l’absence d’épidémie importante.

Le retour à l’équilibre budgétaire atteint
Le CHR est excédentaire a hauteur de 1,5 M€ pour l’activité principale. Ce résultat positif résulte du développement des activités ainsi que de l’application du contrat de retour à l’équilibre.

Les dépenses du CHR représentent hors investissement 552 M€, soit une progression de 4,3%. Les charges à caractère médical connaissent une hausse de 9,6% pour un montant de 90 M€, soit un peu plus de 16,3% des dépenses totales, ce qui est conforme à l’objectif du contrat de retour à l’équilibre.

Les recettes d’exploitation du CHR s’élèvent à plus de 553 M€ (523M€ en 2009) avec un rythme de progression de 5,7% par rapport à 2009.

En savoir plus sur le CHR de la Réunion

Plus jeune CHR de France, l’établissement réunionnais a été institué par décret le 26 avril 2007. Il regroupe le Centre Hospitalier Félix Guyon (Saint-Denis) et le Groupe Hospitalier Sud Réunion (Saint-Pierre, Le Tampon, Saint-Louis, Saint-Joseph, Cilaos). 4 ans ont été nécessaires pour rapprocher les organisations, les procédures, les modes de gestion, les cultures.

La fusion des deux établissements a été votée le 24 mai 2011. Cependant, dès mai 2010, l’enseignement se structure avec la création d’une Unité de Formation et de Recherche (UFR) Santé par l’Université de La Réunion et l’ouverture de la première promotion du PCEM2 (2ème année des études de médecine).

Alliant soins, recherche et enseignement, le futur CHU entend améliorer les services apportés aux Réunionnais et aux ressortissants de la zone océan Indien. Il développe d’ores et déjà des coopérations avec les autorités et les établissements de santé de Madagascar, des Comores, des Seychelles, de l’Ile Maurice et du Mozambique, confortant le rôle et la place majeure de l’établissement dans l’ensemble de la zone océan Indien.

Les nombreux avantages  du statut universitaire 

–         Le traitement sur place de patients qui autrefois relevaient d’évacuations sanitaires en métropole grâce à la haute spécialisation et le rôle de recours des équipes hospitalo-universitaires.

–          L’amélioration de la démographie médicale à La Réunion (la densité des médecins généralistes et spécialistes est pus faible à La Réunion – respectivement 143 et 117 pour 100 000 hab. qu’en Métropole 162 et 172 au 1er janvier 2011) par le développement de l’enseignement des études médicales sur l’île et par une plus grande attractivité des carrières en santé dans le département.

–         L’amélioration des conditions de recherche et d’enseignement pour les membres de la communauté médicale qui disposeront d’un environnement plus favorable du fait des investissements effectués dans ces deux secteurs à La Réunion. Des investissements majeurs tels que la mise à disposition d’une plateforme technologique de haut niveau dans le domaine des bio-sciences comprenant notamment un Cyclotron, et la construction d’un nouveau bâtiment recherche sur le site du GHSR.

–         Les contractuels verront leur délai de stagiarisation réduit dans le cadre du plan quadriennal

Enfin le futur CHU, dont certains secteurs d’activité sont en pleine expansion comme la chirurgie ambulatoire, jouera un rôle moteur pour l’emploi local et pour l’économie de l’île.

Aujourd’hui, fort de ses bons résultats, le CHR remplit toutes les conditions pour que ce projet, fondamental pour La Réunion, Mayotte et la grande zone océan Indien aboutisse dans les meilleurs délais, avec le soutien renouvelé de l’ensemble des partenaires et acteurs locaux.

 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.