Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Addict : un centre universitaire régional au CHU Dijon Bourgogne

Un hôpital de jour de 10 places pour soutenir l’autonomie résidentielle, une unité de 10 lits pour une réponse rapide aux demandes d’hospitalisation, le nouveau Centre d’addictologie universitaire régional propose une offre de soins unique en région. Avec 1 500 consultations et presqu’autant de journées réalisées en quelque mois, cette structure s’affirme comme le centre de référence et de recours et occupe de ce fait une place centrale dans la prise en charge des conduites addictives en Bourgogne.
Un hôpital de jour de 10 places pour soutenir l’autonomie résidentielle, une unité de 10 lits pour une réponse rapide aux demandes d’hospitalisation, le nouveau Centre d’addictologie universitaire régional propose une offre de soins unique en région. Avec 1 500 consultations et presqu’autant de journées réalisées en quelque mois, cette structure s’affirme comme le centre de référence et de recours et occupe de ce fait une place centrale dans la prise en charge des conduites addictives en Bourgogne
Du fait de la diversité de son offre d’hospitalisation et de l’expertise du service de psychiatrie et addictologie auquel elle est rattachée, la nouvelle unité est en capacité de traiter tout sevrage complexe, quelle que soit la nature de l’addiction notamment les polytoxicomanies. Dans le prolongement des soins, le Centre bénéfice de l’appui du CHU Dijon Bourgogne dans ses dimensions recherche et d’enseignement. 
Le Centre d’addictologie universitaire régional est issu de la fédération inter-hospitalière en addictologie constituée par le CHU et le Centre Hospitalier la Chartreuse. Au-delà de ce partenariat, l’enjeu est de fédérer au sein d’un réseau l’ensemble des acteurs intervenant dans le repérage et l’accompagnement des conduites addictives sur le territoire bourguignon. 
La forte activité en addictologie atteste l’utilité d’un centre spécialisé 
Depuis sa création, l’unité d’hospitalisation complète accueille une moyenne de 25 à 30 patients par mois et l’hôpital de jour comptabilise au total près de 1 200 journées d’hospitalisation et 1 500 consultations en ambulatoire. 30% des patients pris en charge au sein de cette unité présentent une polytoxicomanie ; 85% sont adressés par les médecins de ville.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Première greffe française de larynx : récit d’une performance lyonnaise

Pour la première fois en France, un larynx a été greffé sur une femme les 2 et 3 septembre dernier. Deux mois et demi après cette opération spectaculaire qui a mobilisé douze chirurgiens issus des Hospices Civils de Lyon et autres CHU français durant vingt-sept heures, le CHU lyonnais communique sur le sujet. Quant à la patiente âgée de 49 ans, elle pourrait retrouver durablement l’usage de la parole vingt ans après l’avoir perdue.

Etudes de Médecine : Romuald Blancard ou l’un des visages de l’ouverture du 2e cycle à la Réunion

Depuis septembre, il fait partie de la première promotion d’étudiants en médecine de quatrième année de La Réunion. Pour Réseau CHU, Romuald Blancard a accepté de nous parler de l’ouverture du deuxième cycle des études médicales sur son île, mais pas seulement. Son parcours atypique, son stage en psychiatrie, ses rêves jamais trop grands etc. ont été abordés dans les locaux du nouveau campus bioclimatique de Sainte-Terre. Sans langue de bois.

Le CHU de La Réunion a pris la vague rose

La seizième édition de la Run Odysséa Réunion s’est tenue les 4 et 5 novembre sur le site de l’Étang-salé, dans l’ouest de la Réunion, et ce malgré une météo capricieuse qui a bien failli compromettre l’opération. 275 000 euros ont été récoltés. Un succès auquel est associé le CHU de la Réunion, partenaire pour la première fois cette année, et dont le baptême de l’eau a été placé sous le signe de la prévention. Reportage.