Addiction à l’alcool : le CHU de Tours recrute des volontaires pour un nouveau traitement

La stimulation transcrânienne à courant continu, nouveau remède contre l'alcoolisme ? Cette question est au cœur d'une étude nationale conduite par les chercheurs du CHU de Tours en coopération avec le service d’addictologie du CHU de Dijon. Leurs travaux visent à évaluer l'efficacité de cette technique non invasive, simple, sûre, sans prémédication et sans danger. Des séances de 13 minutes en ambulatoire (2 fois par séance) sont proposées à des volontaires, hommes ou des femmes de plus de 18 ans, voulant réduire leur consommation d'alcool. Explications...

La stimulation transcrânienne à courant continu, nouveau remède contre l’alcoolisme ? Cette question est au cœur d’une étude nationale conduite par les chercheurs du CHU de Tours en coopération avec le service d’addictologie du CHU de Dijon Bourgogne. Leurs travaux visent à évaluer l’efficacité de cette technique non invasive, simple, sûre, sans prémédication et sans danger. Des séances de 13 minutes en ambulatoire (2 fois par séance) sont proposées à des volontaires, hommes ou des femmes de plus de 18 ans, voulant réduire leur consommation d’alcool. Explications…

Un complément efficace à la prise en charge classique

La Stimulation Transcrânienne à Courant Continu a déjà démontré son efficacité en psychiatrie et de récente données suggèrent qu’elle pourrait avoir un intérêt en addictologie en diminuant l’envie irrépressible de consommer des substances. L’abstinence qui était autrefois l’objectif du corps médical dans les troules de l’usage de l’alcool n’est plus la règle. Quelques traitements récents ont été commercialisés dans le sens de la reprise de contrôle de sa consommation d’alcool. Ces traitements sont parfois mal tolérés et doivent souvent être pris sur de longues périodes. Ce technique novatrice, qui a montré son efficacité dans d’autres pathologies, propose un complément à cette prise en charge classique. 

10% de la population concernés

Le taux des personnes souffrant d’un trouble de l’usage d’alcool est estimé à environ 10% de la population générale. Le trouble de l’usage d’alcool se caractérise par la notion de perte de contrôle sur ses consommations, une forte envie de consommer, un usage à risque de l’alcool ou lorsque la consommation d’alcool a un impact social. «L’alcoolisme» correspondrait à une forme tardive et évoluée de cette maladie addictive. Cependant lorsque les patients consultent pour l’alcool, la maladie a déjà évolué depuis plusieurs années. La motivation principale à la consultation étant une conséquence négative à cause de la consommation de l’alcool et l’impossibilité d’arrêter sa consommation malgré cet événement. 

L’expertise tourangelle en addictologie

Une longue expertise en addictologie au CHU de Tours et sur le territoire Ce protocole de recherche au CHU vient s’inscrire dans une expertise ancienne en Indre-et-Loire dans le domaine de l’alcoologie. En effet, les centres de soins ambulatoires en addictologie (CSAPA) sont présents dans la plupart des grandes villes du département et il existe 3 centres de cures en addictologie dont Malvau, le Courbat et le Centre Hospitalier Louis-Sevestre à La Membrolle-sur-Choisille, qui est le seul centre de cure en France porté par un établissement public et qui propose une prise en charge pluri-disciplinaire pour des durées plus ou moins longues. A Tours, l’offre de la prise en charge en addictologie s’adapte aux objectifs du patient.

Pour participer

Dans le cadre de cette étude, le CHU de Tours recherche des volontaires, hommes ou femmes âgés de plus de 18 ans, souffrant d’un trouble de l’usage d’alcool léger, moyen ou grave, ne consommant pas de substances illicites, qui ont déjà tenté au moins une fois de réduire ou d’arrêter la consommation d’alcool et qui sont motivées pour réduire leur consommation. Les volontaires suivront un traitement de stimulation transcrânienne à courant continu de 13 minutes en ambulatoire (2 fois par séance).
Le recrutement est ouvert jusqu’au 1er décembre  2019.
Pour tout renseignement ou inscription, contactez le 02 18 37 05 81

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.