Addiction : la réalité virtuelle pour faciliter le sevrage tabagique

Continuer à dire non à la cigarette même en présence d’amis qui fument et vous tendent un paquet, ne pas replonger lors d’une soirée… Des situations à risques typiques que tout candidat à l’arrêt du tabac doit pouvoir affronter. Seul, le combat peut paraître difficile voire insurmontable. Le thérapeute a alors toute sa place. Il peut enseigner l’art de la résistance en plaçant l’ancien fumeur dans un environnement fictif mais face à des stimulations inspirées du réel selon le principe de certains jeux vidéo. Une technique que Marseille approfondit dans le cadre d'une étude clinique

Continuer à dire non à la cigarette même en présence d’amis qui fument et vous tendent un paquet, ne pas replonger lors d’une soirée… Des situations à risques typiques que tout candidat à l’arrêt du tabac doit pouvoir affronter. Seul, le combat peut paraître difficile voire insurmontable. Le thérapeute a alors toute sa place. Il peut enseigner l’art de la résistance en plaçant l’ancien fumeur dans un environnement fictif mais face à des stimulations inspirées du réel selon le principe de certains jeux vidéo. Une technique que Marseille approfondit dans le cadre d’une étude clinique.
L’aventure originale fait l’objet d’un essai clinique de grande ampleur à Marseille, piloté par le service de psychiatrie du Pr Lançon à l’hôpital de la Conception. L’enjeu : tester l’efficacité de la réalité virtuelle sur les personnes qui ont décidé d’arrêter de fumer mais craignent de « replonger ».

Le patient devient le héros. Il revêt un dispositif d’immersion avec casque de réalité virtuelle muni du son et d’un traqueur de position. Et l’épreuve peut commencer… Le recrutement de volontaires continue. La thérapie se déroule à raison de trois quarts d’heure par semaine pendant deux mois. Un suivi régulier est mis en place au bout de trois, six et douze mois.
 « La réalité virtuelle est un média qui permet aux utilisateurs d’interagir en temps réel avec des environnements virtuels créés par ordinateur », résume le Dr Malbos. « L’application de cette technologie immersive à la thérapie cognitivo-comportementale est exploitée de manière croissante pour le traitement de troubles mentaux », en particulier des phobies et de l’addiction.

Le nouveau traitement psychothérapeutique d’aide au maintien du sevrage tabagique, totalement gratuit, est coordonné par  le Dr Eric Malbos, spécialiste des thérapies comportementales et cognitives (TCCs) et la neuropsychologue Camille Giovancarli, au sein du pôle psychiatrie de l’hôpital de la Conception (AP-HM). 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.